élucub 005QUE FONT EN REALITE NOS ELUS...?

Hier, nous avons vu la composition du "nouveau VALLS-HOLLANDE" et mon collègue a retracé sur ce blog ses ressentis sur le sujet. Ce matin, à mon tour, je voudrais mettre à l'index tous les excès ou les débordements de nos élus, qu'ils soient nationaux, régionaux ou locaux. Qu'ils soient de gauche, de droite ou du centre, mon ressenti est le même. 

Certes, nous avons découvert qu'il existe désormais un secrétariat d'Etat à l'Egalité réelle. Ne riez surtout pas, car ça existe bien. Qu'en était-il avant ? Y avait-il une égalité fausse? J'ai l'impression de lire les élucubrations de Bibi Fricotin. Heureusement, en lisant la liste gouvernementale, je m'aperçois qu'il y a juste après dans la hiérarchie, un secrétaire d'état à la simplification, tenu par notre bon ami Jean-Vincent PLACE. Je suis donc rassurée. Mais pour combien de temps ? Sera-ce l'espace d'un matin comme l'écrivait si bien Pierre de Ronsard à Cassandre? Mais, parlant de nos élus d'aujourd'hui, nous aurions bien besoin du retour de Cassandre pour nous éclairer, comme elle le fit à Troie, sur l'avenir qui nous attend et que nous devrons, quoi qu'il en soit, supporter. 

En ce début de 3° millénaire, ère moderne s'il en est, pouvons-nous continuer à éluder les réalités, aussi tristes soient-elles? Ma réponse est non. Mais cela implique un nivellement par le haut et de quitter les bas-fonds historiques de la politique de papa. Essayons de comprendre ce que les historiens nous ont appris au fil des siècles, mais de l'histoire, il n'en existe plus que sur commande ou fait figure de graffitis, initiés trop souvent par des incultes ou des seconds couteaux bien inutiles à notre République.

Je vous passerai des phobies de ces pessimistes inter-générationnels pour me centrer sur l'avenir de notre belle communauté des humains. Toutefois, il nous faut éliminer, autant que faire se peut, les brebis galeuses que certains qualifient plutôt d'égarées. Alors, ma question est simple, comment identifier les élus qui confondent la caisse publique avec la leur, ou qui se servent de leurs pouvoirs, certes limités dans le temps et dans l'espace, pour manipuler les populations et les amener à leur dessein pas toujours enviable, parfois même destructeur. Ma réflexion va du Maire d'une petite commune jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. Les exemples sont très nombreux et à mon avis, ils deviennent exponentiels. Nos parents nous ont dotté, en nous créant, d'un cerveau qui est notre disque dur personnel, qu'attendons-nous pour nous en servir et balayer la société en jetant ces "affeux jojos" aux fins fonds des déserts les plus arides de la planète ?

Je suis censée de vous parler de l'écologie qui est, ne le cachons pas, le petit parent pauvre  de notre politique. L'écologie relèvera la tête quand d'une part, nous aurons mis en place des élus à la hauteur de l'enjeu (et il est énorme) et, lorsque les nombreux lobbies seront en phase terminale d'autre part. Mais là, nous touchons la partie la plus sensible de notre être : la soif du profit...! Et sur ce point, le lien avec la politique est déjà bien établi.

Par ailleurs, plus généralement et en bas de la hiérarchie, comment qualifier des élus qui ne respectent même pas les propres décisions qu'ils ont eux-mêmes fait voter? C'est bien là que nous découvrons les effets de l'irrationalité politique. Faire voter en toute conscience une disposition et demander à la faire annuler par la suite, quel qu'en soit la motivation, contribue à ridiculiser une démocratie déjà bien malade. 

Claudia SAINT-PAUL