thon rougeConseil TAC et quotas (Totaux admissibles de captures) (source Le Marin)

 Ce matin, 13 décembre, la Commission a présenté aux Ministres de la pêche sa proposition de compromis laquelle a été rejetée à l'unanimité par les Ministres en plénière. 

Sur le bar sud, le "non-paper" ayant été retiré, la Commission a réintégré les mesures initiales de gestion prévues par le comité national des pêches, soit : plafond de capture et hausse de la taille minimale. "La France s'engage à ce que ces dispositions soient complétées par un bilan des captures au 1er trimestre et à la mise en place de mesures de gestion complémentaires afin de maintenir un équilibre entre métiers". La Commission ajoute que les plaisanciers seraient par précaution soumis à une limitation à cinq bars par jour. En 2017, le Ciem (Conseil International pour l'exploration de la Mer) réévaluera l'état du stock de bar sud. La France reverra alors ces mesures de gestion selon les avis des scientifiques. La Commission "salue ces engagements et est prête à entretenir une bonne coopération sur ce sujet". 

 Pour le bar nord, la proposition initiale est inchangée (dont les 1% de captures accessoires). Pour la pêche récréative, on se rapprocherait des mesures 2016. La limite quotidienne serait à un bar (et non plus mensuelle). Les plaisanciers seraient soumis à un moratoire de 6 mois (janvier à juin) avec relâcher autorisé. Ce moratoire s'appliquera que sur certaines zones. 

Concernant le cabillaud, la baisse passe pour l'instant de - 68 à - 50%, la sole de Manche passe de - 30 à - 20%. Dans le golfe de Gascogne, certaines baisses sont atténuées : cardine de - 28 à - 25%, le merlan de -20 à - 10%. Pour les raies et requins , la Commission revient à l'ancien système de gestion, avec notamment des baisses atténuées en mer Celtique de - 7 à - 5% et en Manche-est une hausse à + 5% au lieu du statu quo proposé. 

Le CNPMEM (Comité National des Pêches Maritimes et Elevages Marins) voit dans la position de la Commission  sur le bar sud une reconnaissance des efforts des pêcheurs français. Toutefois, celui-ci pense que le Ministre aura fort à faire pour défendre l'intégralité des stocks pour les pêcheurs français.

Pierre JUHEL