001Entre ECOLOGIE et MYTHOLOGIE, la place du loup.

Sur le plan écologique :  Le loup, réintroduit parmi les hommes  après une multitude de campagnes de destruction, fait à nouveau parler la poudre à cause de ses attaques sur les troupeaux, notamment dans le quart sud est de la France. L'animal par lui même, est toujours considéré comme un prédateur dangereux, mais l'homme ne cherche jamais à se poser la question du pourquoi le loup se réintroduit-il aussi facilement dans notre société moderne.

Ce qu'il faut savoir, c'est  que l'animal est beaucoup plus proche de nous que les grands singes à l'étude desquels nous consacrons tant de deniers et de soins. Ces sommes considérables pourraient peut-être servir à des études plus approfondies, notamment sur la cohabitation entre l'homme et l'animal, alors que la seule réponse qui y est apportée trop souvent, est celle de la traque en battues et l'abattage.

Le loup, assure vie et santé à ses proies, c'est une loi élémentaire de la vie. La survie et l'évolution de toute espèce sont fonction de celles de son prédateur direct. Le loup régule la population de ses proies, élimine les plus faibles et force chaque specimen à devenir chaque jour plus fort, rapide et intelligent. Je comprends parfaitement qu'un éleveur pastoral, confronté à ce fléau, puisse infléchir sa réflexion vers d'autres solutions. Pourtant, des études sérieuses nous montrent cette réalité. Le loup est d'autant plus indispensable à notre environnement que les dégâts de l'homme y sont grands. L'homme ne joue plus son rôle de prédateur. L'homme a domestiqué ses proies et il stoppe l'évolution naturelle. Le loup est en mesure de renverser le processus. Hélas, la gente humaine emploie tout ce dont elle a à disposition (battues, empoisonnement des louveteaux), passant outre ce dont il est décrit ci-avant. En fait, le loup est un animal persécuté...! De nombreux pays européens ont pris des engagements en faveur  de sa souvegarde. La France, si l'on s'en réfère aux actes, isoles certes, mais quantitatifs, souhaiterait revenir sur la Convention de Berne qui contraint à protéger le loup.

Le loup mythique :  Le loup, en ce début de 21° siècle, n'échappe guère à la persécution. Pour beaucoup encore, il n'est qu'un esclave-gibier à la merci de nos contemporains, souvent d'une autre décennie. Dans l'antiquité gréco-latine, les Egyptiens ou les Vikings, tous ont offert des conceptions du loup en jetant les bases des futures représentations (Rome et la représentation de sa louve romaine allaitant Romulus et Rémus). 

Le coût de la chasse au loup en France :  (2016) - Il y eut 2735 attaques de troupeaux provoquant la mort de 9788 animaux, ceci sur 25 départements. Le coût exact supporté par le contribuable s'élève à 21,4 M€. Ne serait-il pas plus réaliste de transférer cette somme considérable pour une éducation concertée qui permettrait de mieux appréhender la présence du loup dans notre société du vivant ?  La question est posée.

ECOLOGIE NORMANDE

Maurice VALOIRE