X 001MONTEE DES EAUX INELUCTABLE - cote d'alerte !!

Nous n'en sommes pas à notre premier article sur le sujet, mais au vu des programmes concoctés par les candidats à la Présidence de la République et le peu d'intérêt qui est attaché à ceux-ci, il nous est apparu indispensable de poursuivre notre flambeau d'avertisseur. 

Le réchauffement climatique est un fait avéré et l'homme doit absolument se pencher sur cette probabilité. Nous savons, et les chercheurs en premier, que la montée du niveau des mers est due essentiellement aux effets climatiques qui sont la conséquence des mauvaises exploitations, d'une part, et des rejets atmosphériques par des GES (gaz à effet de serre) d'autre part. Cela aura une conséquence majeure : l'amplitude des marées. Nous reproduisons ci-après la carte de France faisant apparaitre les régions en danger. 

X 002

A la lecture de cette carte, nous nous apercevons que les risques majeurs sont répartis ainsi : 

> la façade atlantique dans sa quasi totalité

> sur la Manche, les points faibles vont de la baie de Somme au Mont Saint Michel

> en Méditerranée, la côte languedocienne et la Camargue

La dernière grande marée de fin mars nous a fait apparaitre une importance grandissante des conséquences probables. Nous n'avons pas pour vocation de provoquer des peurs inutiles chez nos concitoyens, mais il est est indispensable que cette prise de conscience fasse ses effets au quotidien. Partout, à travers le monde, des cataclysmes dits "naturels" se font présents et pressants. Le dernier en date s'est produit en Colombie avec des coulées de boues engloutissant villes et villages avec ses habitants. Aussi, il est de notre devoir d'avertir que notre civisme est trop souvent mis à l'épreuve au bénéfice, là aussi, trop souvent d'intérêts non collectifs. 

Faut-il rappeler que chez nous en Normandie, dans la baie du Mont St Michel, la montée des eaux de 0,50 m en 2100 est très probable, laquelle se traduirait par un marnage de 20 cm lors d'une marée de 110. A ce rythme, si nous ne faisons rien, en 2500, la montée des eaux sera de 15 mètres; la fonte des glaces étant devenue inéluctable. 

La réaction de court terme est de prévenir en créant ici ou là des digues ou des renforcements. Les spécialistes nous diront, avec justesse, que la généralisation d'une telle solution risque d'aggraver le probléme. Donc, nous devons nous adapter aux conséquences que nous connaissons et surtout aux dispositions permettant de réduire de façon drastique TOUS les éléments qui vont nous amener vers cette issue. Enfin, de grâce, que nos élus nationaux et locaux, cessent de vouloir à tout prix transformer la loi Littoral dont certains y voient un outil électoral. 

Réduisons et supprimons toutes les énergies fossiles génératrices de GES. La recherche fondamentale sur l'énergie de remplacement doit être amplifiée au niveau mondial. Il ne suffit pas de dégager des crédits sur la défense ou la sécurité, mais nous sommes là devant le plus grave problème que l'humanité toute entière aura, à coup sûr, à résoudre d'ici la fin de ce siècle. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE