éco verte

 

QUELLE PROGRAMMATION ADOPTER ?

Nous sommes à l'entre deux tours de la présidentielle et nous cherchons à détecter les intérêts "DURABLES" suscités par les programmes de Madame LE PEN et de Monsieur MACRON. Pour être honnêtes, il nous semble que celui du candidat En Marche est le plus élaboré et le plus proche des idées que nous nous faisons de l'écologie. 

En effet, les équipes de M. MACRON nous semblent avoir bien travaillé le sujet, même si des imperfections restent à peaufiner ou à expliquer. Nous avions nous-mêmes établi un programme dont nous avons déjà parlé sur ce blog et entendons bien nous en servir le moment venu, quel qu'en soit le locataire de l'Elysée.

Nous voulons ici rééditer notre formulation majeure, attendue par tous nos concitoyens, et qui se trouve être totalement en décalage avec les intérêts politiciens formulés par les uns et les autres. L'écologie, répétons-le, n'est ni de gauche ni de droite et encore moins inscrite dans un "petit livre rouge à la Mao". Elle est la résultante "logique" de tous les intérêts primordiaux que chaque citoyen est en droit d'exiger, conformément aux termes de la Constitution de 1958, amandée depuis. En ce sens, nous considérons que l'Etat, conduit par le Président de la République, doit tout faire pour créer les conditions de vie, de bonne santé et de sécurité irréprochables pour tous les citoyens. Ce qui amène les gouvernants à mettre en oeuvre prioritairement des politiques anti pollutions de toutes origines. 

C'est le sens des dispositions adoptées notamment lors de la COP 21 en décembre 2015 à Paris par plus de 180 pays. ECOLOGIE NORMANDE et ses amis entendent que cette question de principe soit respectée. En effet, les chiffres sur la mortalité due à la pollution, avancés par l'OMS nous inquiètent. Il serait bon que les nouveaux "politiques" puissent s'en saisir pour une plus grande conformité constitutionnelle. 

Toutefois, nous apprenons que le groupe EELV, parti écologiste de gauche, se manifeste pour que le nucléaire soit rapidement abandonné en France (5 ans). Pour nous, il est inconcevable que nous acceptions ce dictat irréaliste et impossible à mettre en place. Il est indispensable d'étudier, avec précision, un échelonnement progressif et programmé de la sortie du nucléaire, car nous savons que les énergies renouvelables ne sont pas en mesure de se substituer "au pied levé" à l'électricité d'origine nucléaire. Le réseau de distribution "EDF" ne permet en l'état qu'une surcharge aléatoire qui doit faire l'objet d'un plan national de mise en conformité. Par ailleurs, il faut se rendre à l'évidence que le personnel travaillant au sein des unités concernées (la Normandie est particulièrement impactée) doit bénéficier d'une reconversion "utile". A contrario, il nous parait nécessaire de modifier en profondeur les méthodes de développement du Groupe EDF-AREVA sur le plan des investissements scabreux sur l'EPR, lequel n'a pas encore produit les effets annoncés à coup de milliards d'euros. 

Participer à un plan sérieux de restructuration globale de la filière électrique nous parait indispensable. C'est là tout l'intérêt de l'écologie : penser global, agir local. 

 

Pierre JUHEL