03QUAND la "TRUMPETTE" se TROMPE

Nous étions beaucoup à penser, à travers ce monde d'inités, que le Président des US n'était pas à sa place. Il a été élu, certes, grâce surtout à un rejet de Hillary CLINTON et surtout à cause de ses nombreuses DEMAGOGIES de campagne dont nous savions par avance qu'elles seraient remises en cause sur le plan constitutionnel. 

Sur ce point, tous les populistes utilisent les mêmes stratagèmes pour arriver au pouvoir. Ils prennent en compte les points majeurs retenus par les citoyens pour en créer une gigantesque bulle à hydrogène, donc explosive. Le seul problème de ces gens peu inspirés sur le long terme, est que cette bulle peut leur exploser à la figure, au même titre que cela s'applique aux poseurs de bombes de DAECH.

Concernant le climat et Monsieur TRUMP, ce n'est pas vraiment une histoire d'amour, chacun l'aura compris. Le peu de soutiens que ce Président possède émane de pollueurs potentiels les plus connus dans le monde. Ils sont tous, ou presque, positionnés dans l'industrie pétro-chimique. C'est ce qui a fait de l'Amérique le pays le plus pollueur de la planète. Barack OBAMA l'avait bien compris et avait accepté le protocole de Paris en décembre 2015. Mais cette "nouvelle trumpette de Jericho" est venue contrecarrer la signature du peuple américain, lequel dans son immense majorité, est favorable à la réduction des GES.

Mais ce TRUMP se trompe au plan de l'intérêt mondial; pas pour son portefeuilles car, à l'instar de tous ces "possédants" il agit unilatéralement en fonction de ses propres intérêts, rien de plus. Peu importe si la planète se réchauffe (il ne savent même pas comment cela fonctionne, car ils sont des ignares professionnels), peu importe si les décès, par millions, augmentent chaque année à cause des pollutions qu'ils produisent, cela est le cadet de leurs soucis. Il est très facile de citer la Chine pour tenter de se justifier. Si ce grand pays est un pollueur notoire en ce début de 21° siècle, ses dirigeants, plus avisés que TRUMP et surtout plus collectifs que ce dernier, ont pris des engagements sur la réduction des GES. Pour le monde entier, c'est une forme de garantie inéluctable. La parole de Monsieur TRUMP l'est beaucoup moins. En effet, il amuse la galerie avec ses facéties enfantines alors que si les USA décidaient de quitter l'accord de Paris, cela ne sera possible qu'au minimum à la fin 2020. Or, à cette date, l'Amérique sera en campagne pour la présidence, voire même avec un nouvel élu à la Maison Blanche. Il y a fort à parier que d'ici là les trompettes de Jericho, nouvelle forme, seront en voie de sourdine. Nous ne pouvons admettre que le peuple américain se laisse entrainer par un clown destructeur sans envergure et dépourvu de tout sens commun. Nous en tenons pour preuve les affirmations d'un dizaine d'Etats américains qui souhaitent ardemment poursuivre leurs actes sur le climat, malgré la parole dissonante émise par leur président. 

Autre réflexion à partir de ce sujet. L'Amérique est tentée par un éloignement de l'Europe. La Grande Bretagne est tentée par son fameux "brexit" que les anciennes générations anglaises ont souhaité, mais pas la jeunesse. Les deux rendez-vous de fin mai (OTAN à Bruxelles et G7 en Sicile) ont fait apparaitre au grand jour ces discordances. L'Europe (sans la Grande Bretagne - brexit oblige) joue désormais son avenir, sur le plan économique certes, mais aussi sur la défense et sur le climat. Elle doit s'emparer de ces sujets. Au moment où des troubles éclairent partout nos inquiètudes, faisons de notre continent un exemple dont bon nombre de pays auront envie de reproduire. Oh, je vois déjà les "quolibets populistes" tels qu'ils nous sont apparus lors de la campagne présidentielle française. A ceux-là, nous devons répondre par le mepris car ils se trompent gravement et risqueraient de nous entrainer vers un cataclysme irréversible, identique à celui des années 30. L'aurions-nous déjà oublié???

A force de tirer sur la nappe avec ses dents, le chien finit toujours par renverser la carafe qui est sur la table. C'est en fait, le phénomène de l'arroseur arrosé...! Bonne journée.

 

Pierre JUHEL