HULOTFEUILLE DE ROUTE OFFENSIVE

L'activité du Ministre d'Etat, en charge de la transition écologique et solidaire, s'étoffe de manière directionnelle et affirmative. Selon des sources incontestables, il semble que ce dernier ait proposé au Premier Ministre Edouard PHILIPPE une feuille de route assez affirmée sur l'ensemble de ses compétences. 

Suite au "hiatus" de ce début de semaine, issu d'une affirmation du nouveau Ministre de l' Agriculture, à propos de l'aménagement de l'emploi des néonicotinoïdes (loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages), le Ministre a fait établir un arbitrage du Premier Ministre sur ce sujet. Il n'y aura pas de modificationde la loi ni de dérogations supplémentaires.

Néanmoins, cette feuille de route tend à verdir, de façon conséquente, la politique agricole française. Nous comprenons fort bien que les différents lobbies aient tenté d'encadrer certaines dispositions en intervenant près du Ministre de l'agriculture fraichement nommé. Rien n'y fit, d'autant que cette feuille de route avait déjà creusé son sillon entre le Ministère HULOT et MATIGNON.

 Les dispositions souhaitées par Nicolas HULOT et son staff visent "une transformation du modéle agricole français". Notamment, il souhaite parvenir à 50% de nourriture bio en restauration collective. 

Concernant les OGM, il entend conforter le "principe de précaution" et souhaite l'étendre aux variétés obtenues selon le NPBT (New Plant Breeding Techniques - nouvelles techniques de sélection végétale) qui n'introduisent pas de gènes étrangers, à l'inverse des OGM. Toutefois, ces nouvelles variétés issues du procédé NPBT font l'objet d'une demande de moratoire. A suivre donc.

Autre sujet majeur qui retient l'attention du Ministre HULOT, c'est le phénomène d'artificialisation des sols, aux conséquences jugées négatives pour les agriculteurs en quête de nouvelles productions (lait notamment) mais également négatives pour la biodiversité, la vulnérabilité (inondations) sachant que depuis 2010, le rythme d'artificialisation des sols est en progression constante de 0,8%. Christiane LAMBERT, la présidente de la FNSEA, reçue cette semaine par le Ministre de l'agriculture, Stéphane TRAVERT, a affirmé avoir la volonté de ne pas opposer l'agriculture à l'environnement. Prenons acte, nous jugerons sur pièce. 

Nous profitons de l'occasion pour nous interroger sur le devenir du projet, initié par le Gouvernement VALLS, qui consistait à transférer les petits cours d'eau vers les exploitations agricoles. Ce qui permettait d'alléger quelque peu les charges d'entretien des collectivités. Ce projet avait été initié par la FNSEA précisément et nous est apparu comme particulièrement dangereux. 

A partir de la mi-juillet, vont se tenir les Etats généraux de l'alimentation. Il s'agit là d'une manifestation majeure que l'association ECOLOGIE NORMANDE entend suivre directement en s'y associant. Nous en reparlerons.

Pierre JUHEL