01CATASTROPHE ECOLOGIQUE chez MITTAL

Si elle ne l'est pas encore officiellement, cela y ressemble fortement. Nous apprenons que l'usine sidérurgique ARCELOR MITTAL, site de Florange (Moselle), a déversé, pendant plusieurs mois, des centaines de mètres cubes d'acide dans un dépotoir en pleine nature, alors que ces déchets auraient dû, selon la règle obligatoire, faire l'objet d'un recyclage réglementaire au centre de dépollution industrielle de Malancourt-la-Montagne. 

Ce début de catastrophe a été découvert lors d'un entretien qu'un chauffeur intérimaire de camion a accordé  à France Bleu Lorraine. Ce conducteur a tenu à témoigner sous couvert d'anonymat. Ayant eu l'indélicatesse de révéler l'affaire dans son entourage, il a été licencié immédiatement pour "rupture de discrétion commerciale", rien que ça. Il est au chômage et risque de plus retrouver d'emploi.

La DREAL (Direction Régionale de l'Environnement) a ouvert une enquête sur la traçabilité des déchets de l'entreprise sidérurgique. Nous reviendrons prochainement sur ce sujet qui, hélas, n'est semble t-il pas isolé dans le milieu industriel de ce type. L'industriel, pour sa part, se retranche sur le contrôle annuel obligatoire. Celui-ci oublie de préciser qu'un auto-contrôle permanent doit être la règle absolue. Le fait de se retrancher sur ce point nous parait soupçonneux et pour le moins irresponsable.

La nature, une fois encore, paiera un nouveau tribut à cause d'hommes dont le profit à tout prix est la seule bible. Nous en reparlerons dès-que la DREAL aura élucidé cette affaire.

Pierre JUHEL