006ENERGY - OBSERVER (un accompagnement utile)

 Jeudi  6 juillet 2017, a été lancé officiellement à Paris, le bateau qui va révolutionner l'énergie sur les mers. En effet, il s'agit de coupler l'énergie électrique avec celle de l'hydrogène. Ce projet est intitulé "ENERGY-OBSERVER" dans le même esprit que celui de Solar Impulse de Bertrand Piccard pour l'aérien. Le premier navire à hydrogène au monde a été baptisé en présence de Nicolas HULOT, parrain de luxe s'il en est, et s'apprête à vivre une expédition sans précèdent, un tour du monde en 6 années. 

Lors de la cérémonie de baptème, le Ministre de la Transition écologique et solidaire a notamment déclaré "Ce projet arrive à réconcilier écologie, technologie et économie. On entre enfin dans la modernité. La révolution énergétique est en cours". Nous ne pouvons qu'applaudir en écoutant ces mots, car c'est précisément la voie que nous suggérons depuis toujours.

Sur le plan de l'agenda, le bateau va larguer ses amarres le 15 juillet pour, dans un premier temps (2018), effectuer un tour de France qui l'aménera à Monaco en décembre prochain, puis en 2019, un tour de la Méditerranée, Europe du nord en 2019, l'Amérique en 2020, l'Asie en 2021 et l'Afrique en 2022. Cet ensemble comportera plus de 100 escales dans 50 pays. La machine révolutionnaire sera pilotée par son Capitaine Victorien ERUSSARD, officier de la Marine marchande âgé de 37 ans. 

 

001

 

Sur le plan technique, le coeur de projet est l'hydrogène, lequel sera produit et stocké à bord à partir de l'eau de mer dessalée puis électrolysée. Lors du processus, l'oxygène est relâché et le H2 est compressé sous forme gazeuse dans des réservoirs installés dans la coque du bateau. Ce stockage de H2 alimente une pile à combustible nécessaire pour chauffer le navire et pour alimenter 2 moteurs électriques à très haut rendement. L'énergie nécessaire en amont est fabriquée à partir de 130 m2 de panneaux photovoltaïques. Deux éoliennes, des batteries de 400v et une aile de traction géante viennent compléter l'équipement. En fait, la traction de l'ensemble est alimentée par le soleil et le vent; en cas d'insuffisance, les moteurs font appel à l'hydrogène stocké et viennent palier à l'intermittence des énergies renouvelables. 

L'objectif :  démonstration qu'il est possible de naviguer en totale autonomie et sans recours aux énergies fossiles, "sur un bateau fiable" (sic). Le navire va oeuvrer non seulement en qualité de laboratoire mais l'approche médiatique ne sera pas très éloignée car il est prévu de réaliser 8 films de 52mn où seront abordés : les énergies d'avenir, l'économie sociale et solidaire, les réserves de la biosphère et les fonds marins

En fait, cette expédition ressemble à une version moderne des explorateurs des temps anciens. Elle permet de chercher des solutions à notre transformation sociétale à la fois économique et énergétique. ECOLOGIE NORMANDE ne pouvait qu'accompagner ces valeureux explorateurs. Bon vent et bonne réussite messieurs, le Monde entier vous regarde.

Pierre JUHEL