FAUX AMIS 02 J'ACCUSE. (lettre ouverte parue dans L'AURORE le 13 janvier 1898, rédigée par Emile ZOLA et inscrite dans notre histoire collective).

**Ce titre de l'époque n'a aucun lien avec l'affaire qui nous préoccupe ici. Toutefois, selon la volonté affirmée par Emile ZOLA, il s'agissait d'un titre pour "frapper l'Opinion". 

En l'occurence, le sujet qui nous préoccupe c'est la "grande Manipulation" à propos de la destruction des barrages sur la Sélune qui est orchestrée par une frange de "fonctionnaires" pour le moins irresponsables, lesquels ont préparé un dossier sans équivoque à l'attention de leur Ministre Nicolas HULOT. Les anciens disaient : "quand on veut tuer son chien, on trouve toujours qu'il est atteint de la rage...".  En fait, les barrages de la Sélune font partie de cette catégorie, alors que dans le même temps, l'Etat français, chef de file important pour la COP 21, s'engage dans une transformation énergétique. C'est à ne plus rien y comprendre. Donc, J' ACCUSE les autorités de tout faire pour bloquer le développement économique de ce sud-Manche, déjà grandement en état de désertification avancé. Aussi, la notion de CADEAU aux écolos de seconde zone prend ici tout son sens grâce, disons le clairement, à des connivences autoritaires, au prétexte que l'Etat à tous les droits et le citoyen doit seulement la "BOUCLER". Oui, Messieurs, c'est cela LA Vérité....nous devons accepter vos diktats et nous taire, sans broncher. Vous oubliez l'essentiel. Il y a des règles et des recours qui ne sont pas forcément dans votre besace. Aussi, je vous prie de bien vouloir noter que nous prenons à témoin toute la population locale afin qu'elle participe à toutes les actions en justice qui seront initiées. Un appel à participation va être lancé bientôt, car il s'agit d'un intérêt MAJEUR à l'endroit de tous. 

Ce qui semble, au fil du temps, avoir été transformé c'est le mandat que le peuple donne à des élus, donc à l'administration, et si le peuple considère que l'esprit de démocratie n'est plus présent, il doit réagir. Je donnerai pour exemple, le dernier alinéa du "Communiqué de presse inique" daté du 14 novembre 2017, au nom du Ministre lui-même, qui précise :

> l'arasement des barrages est sans effet vis à vis du risque inondation....

C'est bien vite oublier le rapport des 3 Commisseurs-enquêteurs de novembre 2014, lesquels concluaient dans leur AVIS :

> Nous recommandons que l'élaboration d'un PPRI soit engagée dans les meilleurs délais. 

A ce jour rien de tel n'a été engagé, ou est simplement resté à l'état de discussion de comptoir. Ceci est, non seulement irrespectueux pour le travail fourni par André NERON, Isabelle AUBRY et JC. CORDIER, mais surtout pour les habitants de la basse vallée de la Sélune (de Ducey à Pontaubault) qui se verra de nouveau inondée, comme ce fut le cas notamment en 1776 où des dizaines de morts par inondations furent constatées. Les autorités et en ce cas, l'administration, doivent préparer les conditions d'une protection des populations, sans se pencher sur des petits sujets personnels très secondaires. Je me permets de dire cela car, pour ce qui me concerne, je fut pendant huit années Commissaire-Enquêteur près le TA de CAEN et je dénonce ce point majeur que je porte à la connaissance des habitants concernés. En effet, les parties basses de Ducey et Poilley, habituées depuis la création des barrages à ne plus avoir d'inondation, sont devenues construites et à présent risquent de se retrouver sous les eaux et viendront se loger dans les émissions télévisuelles dramatiques prétendûment qualifiées de "catastrophes naturelles". ERREUR, FAUX.....ce sera la faute de l'administration et de la DDTM...Qu'en pensez-vous M. Rémy BRUN ??? Tout le sud Manche vous écoute....! Etes-vous prêts à en supporter la responsabilité personnelle, car tout le mode sait que vous avez largement oeuvré, directement ou en sous-main pour que ces barrages soient démolis  ?? 

Concernant le rôle de notre ETAT dans ce sud-Manche que nous aimons, je dois dire que ce dernier ne doit pas être fier. En effet, il est avancé que cette situation a été exigée par Bruxelles. FAUX. Jamais l' UE n'a demandé que la destruction soit effective. Il s'agit d'un "trompe l'oeil", mais ce n'est pas le premier dans ce dossier. D'ailleurs, la Directive s'appliquant à toute l'Union, aucun pays n'a démoli des ouvrages, pas mêmes les Hollandais qui sont pourtant confrontés à des problèmes plus graves que le positionnement des barrages sur la Sélune. Seulement voilà, aux Pays-Bas on agit avec pragmatisme. En France, on a plus tendance à jouer la carte du "nombrilisme" particulièrement jupitérien. Je pense d'ailleurs que la vraie marque française c'est celle-ci; aussi il serait préférable de se pencher sur le redressement économique de notre sud-Manche. En effet, entre Avranches et le Mortainais, il sévit une désertification dramatique et si vous démolissez ces barrages, aucune solution ne viendra s'y substituer. Au contraire, une activité nouvelle, pérenne et durable peut permettre de relancer la "machine". Mais désolé de le dire, ceci n'est pas du domaine de la DDTM mais de spécialistes de l'économie. Je rappellerai, qu'en tant que Président de ECOLOGIE NORMANDE je présente un projet de substitution qui consiste à fabriquer sur place à VEZINS de l'Hydrogène par électrolyse, énérgie de demain quoiqu'on en dise. Cette usine crééra dans le temps imparti quelques 150 emplois "durables" mais pour cela, il y a besoin de l'eau et de l'électricité. Je présenterai ce projet dans l'article suivant celui-ci et, dès demain 20 novembre, chacun pourra retrouver la présentation dans OUEST-FRANCE et LA PRESSE DE LA MANCHE. Il faut aussi savoir que ce projet qui est proposé est un investissement privé, avec soutien de la Région Normandie, partenaire hydrogène, ce qui veut dire que la dépense publique ne sera pas sollicitée mais que la modernisation des turbinages sera réalisée et que la contiuité écologique normale sera rétablie. 

Malgré cela, allons-nous encore douter, encore fermer les yeux sur la réalité du moment et de l'avenir des générations futures ? Sincèrement je me pose la question, car nous avons pris en France un mauvais pli qui consiste à se lamenter sur les problèmes (le chômage par ex.) mais on prend toujours des dispositions inverses. Que penserons nos enfants en 2100 quand les eaux de la Baie du Mont St Michel auront monté de 50 cm et que nous n'aurons pu arrêter le nucléaire par insuffisance préventive ? Nous aurons encore besoin de l'hydro-électrique, ne serait-ce pour la production d' H2 partout en France. Il faut bien savoir que ce H2 est une des solutions (pas la seule, certes) à la baisse de l'impact du nucléaire. 

Enfin, il serait temps que l'on prenne enfin la mesure de l'anti-gabegie des fonds publics. Le projet de démolition et de la regénération de la Vallée coûtera très cher au contribuable et cela durera pendant des années, sans pour autant avoir des rentrées fiscales nouvelles. Il est même certain que ce sud-Manche sera dans l'obligation de demander des mesures compensatrices justifiées. Les projets de loisirs évoqués ci et là ne sont que le miroir de l'inconséquence d'un esprit dévoyé de toute réalité. Il est grandement temps de modifier la manière d'imaginer des aménagements de territoires à travers de transgressions de pouvoirs illusoires mais excessifs. La création, il y a quelques années, de cette institution "Les AMIS de la SELUNE" est le parfait reflet qui va à l'encontre des intérêts de notre "BIEN COMMUN" inscrit dans la définition du Développement Durable. Il ne suffit pas d'ordonner une destruction pour construire une région équitable, sauf à vouloir à tout prix se faire plaisir. De plus, lors d'une réunion à l'Assemblée Nationale, le 6 décembre 2016, j'ai eu la surprise d'apprendre que, sur le Plan Constitutionnel, la démolition est illégale car celle-ci ne pouvant s'appliquer à des situations déjà réalisées. Les barrages sont de 1919 et 1932, donc hors sujet. Personne n'a osé soulever ce réel problème. Nous le soulevons car il y va de l'intérêt commun..!

ECOLOGIE NORMANDE se refusera toujours à toute récupération "écolo irresponsable" qui n'aurait qu'une seule issue, celle de priver les citoyens de leur territoire tout en leur permettant d'y vivre et d'y travailler. C'est seulement cela et rien d'autre. Aussi, je me répèterai encore en disant que pour réussir ce pari sensé, il faut des vrais pros de l'aménagement de territoire, en éloignant au maximum tout sujet "fantoche" dont l'approche serait avant tout basée sur un lobby destructeur. 

Je terminerai cet article par une grande interrogation, qui a été abordée jeudi 16 novembre 2017 lors d'une réunion à Isigny le Buat et cela fait désormais le tour du département. Qu'en est-il de cette prétendue subvention de 3 Mio€ reconductive qui aurait été accordée par l'UE de Bruxelles? Quel en a été le but ? Combien de fois a t-elle été payée? Une chose est certaine pourtant elle a été initiée par Le PAYS DE LA BAIE. Qu'a t-il été fait en compensation du paiement de celle-ci? Alors je m'adresse à MM. BIZET, BADIOU et GOUPIL qui ont rendu visite au Ministère le 5 juillet 2017 afin de demander un x-paiement, de me répondre sur ce point. Au cas où la réponse ne viendrait pas, je me réserve la possibilité d'interroger la Cour des Comptes régionale ou encore M. MIGAUT 1er Président de la Cour des Comptes Nationale. Dans le même temps, j'interroge notre Député européen, pour le même objet, Dominique RIQUET.

La Vallée de la SELUNE a besoin d'AMIS, mais surtout pas de FAUX AMIS. Le présent article pourra, peut-être, classifier le bon et le mauvais. Nous y travaillons, dans un seul but : l'intérêt supérieur de tous les habitants. 

 

Pierre JUHEL

Président d' ECOLOGIE NORMANDE