002

 

INTROSPECTION sur l' AVENIR

Nous avons deux nouvelles à porter à la connaissance de nos lecteurs. La première est particulièrement mauvaise et la seconde meilleure. Nous essayons de vous résumer la situation.

La première :

> Le 14 novembre 2017, le ciel nous est tombé sur la tête à la lecture du "communiqué de presse" du Ministère de la Transition écologique et solidaire, au nom de Nicolas HULOT, Ministre d'Etat, lequel indiquait que la destruction des barrages était décidée. Ce qui, disons-le, signifiait l'abandon total de la vallée de la sélune aux petites fleurs, aux reptiles et aux seuls papillons de toute sorte. Inutile d'en chercher les poissons puisque même ceux-ci n'auront plus droit à citation. Il est même prévu la distribution gratuite de jeux de cartes à La Mazure (subventionnées comme il se doit...) pour que les invétérés pêcheurs puissent passer leur temps...comme ils peuvent, les bougres. Toutefois le communiqué ne précise pas le sens des flèches qui seront apposées afin que les saumons de ce siècle puissent retrouver le sens de leur chemin égaré depuis 100 ans. Ces saumons, ces anguilles et autres vertébrés aquatiques n'auront plus d'ennemis que les loutres, les castors ou divers mustélidés voraces et merveilleux pêcheurs privilégiant les mets salmonidés en guise de nourriture. 

> Nous sommes tous tombés à la "renverse" car la présence d'un arrêté préfectoral de 2016 prévoyait une baisse du niveau du lac jusqu'en juin 2018. A n'y rien comprendre...? Dans cette affaire, on décide sans consulter, puis on confirme ce qui est inconfirmable puis, in fine, l'Etat tout puissant décide l'inverse sans la moindre réflexion sauf à s'appuyer sur des dires et des affirmations mensongères, tronquées, falsifiées et qui ne correspondent en rien à la réalité des citoyens locaux ni de leurs élus. Au moment où notre démocratie divague, et où celle-ci est en recherche d'un souffle nouveau sous l'égide d'un jeune Président volontaire, accompagné en l'espèce d'un Ministre qui connait bien le sujet, on cherche à nous faire avaler des infectes anguilles à base de glyphosate qui n'auraient qu'un seul objet, nous rendre sourds, muets et très placides. 

> Or, en fouillant un peu dans la profondeur de cette tartelette locale avariée, nous découvrons des lobbies auxquels on s'attendait le moins, appuyés par des associations issues d'une "soviétopole" plus ou moins proche mais particulièrement rôdée aux engourdissements paralysants de nos faciès déjà pas mal burinés. Ceux que nous appelons communément en écologie, les "ayatollahs", même s'ils n'ont rien d'iranien, ils n'en ont pas moins les volontés et les gènes frugaux capables d'anéantir des légions entières sans que les centurions puissent s'en rendre compte. On en est là..! Mais la messe n'est  pas dite; leur "Messie" chantonne des airs de ZAD alors que le nôtre, celui de la reconversion économique pacifique et réfléchie n'a de cesse de nous crier, "Père, gardez-vous à droite, Père gardez-vous à gauche"...(1356 -bataille de Poitiers - Charles V à son père le Roi de France, Jean II le Bon).

La seconde :

Elle est surprenante. En octobre 2014, tout le monde se souvient de l'enquête publique destinée à finaliser l'arasement. Le rapport des 3 commissaires-enquêteurs (24 novembre 2014) demandait dans la conclusion qu'il fallait sans tarder élaborer un PPRI (Plan de prévention des risques inondations) afin de prévenir des  graves inondations une fois les barrages disparus lesquels, qu'on le veuille ou non, remplissent la fonction de régulateur de crues. Ce qui n'a jamais été fait; les services de l'Etat sont restés impassibles à cette recommandation majeure et nécessaire pour protéger les citoyens. Le passé ancien, notamment en 1768, nous rappelle en mémoire que la Sélune par sa folie incontrôlable avait englouti des centaines de personnes, des animaux et des cultures. Nous disons donc que DUCEY, POILLEY et PONTAUBAULT seront en grand danger, notamment les quartiers les plus exposés près du fleuve et, de plus, la ZI de Ducey ne résistera pas à cette avalanche aquatique (fromagerie et Chéraud). Il y a tout lieu de penser que ces entreprises déménageront plutôt que de subir un tel cataclysme. 

Donc, nous sommes en mesure de vous informer qu'ECOLOGIE NORMANDE a demandé à la Communauté d'agglo MONT St MICHEL-NORMANDIE de mettre à l'ordre du jour la mise en oeuvre de ce PPRI dans les délais les plus courts. Si cette préoccupation est celle de l'ensemble des élus de l'agglo, il n'en reste pas moins vrai que ce sont ceux des communes concernées qui devront s'opposer à un refus éventuel. Pendant cette période de mise en place du PPRI, il va de soi que les barrages ne pourront être arasés, sécurité des biens et des personnes oblige. 

Nous avons informé séparément Monsieur le Préfet et Monsieur le Ministre de cette démarche. 

En Conclusion :

Chers amis lecteurs et adhérents, sachez que votre inquiétude est aussi la nôtre. Il faut cesser de croire ce que vous dit le "beau miroir" comme dans la Belle au Bois Dormant. En continuant ainsi, la "bonne fée Carabosse" finira par vous faire avaler une potion qui n'aura rien de magique. Prudence et vigilence...!!

 

Pierre JUHEL

Président ECOLOGIE NORMANDE