BrexSélune 01BREXIT SELUNE, une réalité ?

 Il n'y a pas que dans les instances européennes où  les bizarreries se promènent. Le divorce du Royaume Uni d'avec l' UE laissera beaucoup de traces à l'endroit des générations montantes. Depuis plus de 40 ans, c'est toute une génération qui s'est accoutumée aux habitudes et aux méthodes du vieux continent européen. Certes, les premières années furent un peu "hard", la politique Tatcherienne y fut pour beaucoup dans le cadre de la politique agricole commune. Mais le peuple britannique, grand démocrate s'il en est, s'est parfaitement adapté à ces situations nouvelles lui rappelant souvent l'absence d'insularité. Les travaux du tunnel sous la Manche y aidèrent grandement. Nous pouvions dire, malgré quelques manques comme l'€uro, que le continent occidental de la vieille Europe était unifié au plan économique. 

Mais la bêtise universelle des hommes politiques n'a aucune limite. Un beau jour, afin d'obtenir une certaine récompense politicienne, le dandy Cameron a eu la facheuse idée de jouer au "black jack" l'avenir de ses concitoyens dans un référendum autant inutile qu'incertain. Et vlan, le Brexit est arrivé...! A force de jouer avec le feu, on finit toujours par se brûler. 

Ce n'est que par la suite, en ce moment donc, les discussions avançant avec Bruxelles, que les britanniques commencent à comprendre la supercherie ou le piège qui leur fût tendu, disons-le, à leur insu. On leur a fait miroiter que le nouveau demain serait un immense jardin fleuri. Des entreprises qui vont quitter Londres et la City, car le vrai marché se situera désormais sur le continent. Le "Union Jack" deviendra accessoire, sans compter sur une période inflationniste que d'aucuns essaient de minimiser mais qui sera inévitablement bien réelle. L'ensemble de la Junte négativiste a eu raison, laissant au passage s'épanouir quelques tentations qui pourraient avoir des effets pervers sur l'avenir de notre continent. 

Quel est le lien avec la Sélune ?

C'est la méthode employée pour obtenir ce que l'on souhaite en face cachée. On prévoit, on dénonce quelques effets, on planifie et on démontre avec le grand spectacle que l'on sait et là encore, une Junte négativiste a sévi et sévit encore, nous démontrant, films soupçonneux à l'appui, que la seule solution proposée par eux sera la bonne. A la différence du Royaume Uni, où le peuple a été consulté, sur les bords de la Sélune, rien na été prévu.Démocratie participative à la française... Décidément, il faut s'intituler Notre Dame des Landes pour avoir un peu de considération...! Bien que la Loi NOTRe qui redessine les pouvoirs des régions soit désormais effective, on s'en moque totalement. LA décision c'est le Paris Jacobin, une fois encore, qui frappe. Cela nous rappelle hélas la triste période de la Révolution, en 1793, où les Jacobins (ou Montagnards) ont fait guillotiné les Girondins, ceux qui, précisément étaient favorables aux pouvoirs en Régions. 

Sur le plan économique : C'est un fisaco qui se prépare. D'abord l'emploi où tous ces "organisateurs" patentés et incultes dans les domaines si importants que sont l'emploi et l'aménagement du territoire. On n'en parle même pas, alors que chacun sait en sud Manche que la "Désertification territoriale" est commencée et que des emplois durables seraient les bienvenus, surtout si ceux-ci reposent sur une filière nouvelle et supportée par l'Etat et la Région Normandie. 

Sur le plan financier :  Là aussi, c'est un énorme fiasco qui se prépare, mais à plus long terme, donc plus vicieux. Sur la durée de revégétalisation de la vallée, qui durera de nombreuses années, un élu du sud Manche a évalué et rendu publique la somme de 290 millions€. Ce chiffre n'inclut pas le montant des démolitions lequel est évalué à 70 millions€ et qui serait financé par l'agence de l'eau, c'est-à-dire par nos factures d'eau. On est tombé sur la tête. Pas très loin de VEZINS, à Pontorson, il y a un établissement psy où il serait bon de prévoir des extensions. Les 290 M€ seront inévitablement générés par les Collectivités locales; celles-ci sont vraiment à plaindre dans l'avenir. En effet, financer pour développer son territoire, s'accompagnant d'emplois nouveaux nous semblera normal, mais financer pendant des années des dépenses fallacieuses issues de demi-cerveaux dépasse toute les imaginations lucides. Les âneries ne s'excusent jamais. 

En conclusion :  Que ce soit dans l'un des cas, le BREXIT, celui des anglais ou celui de la Sélune, génére des images d'Epinal nocives qu'un bon nombre de responsables (élus ou pas) ne savent pas estimer les retombées. Pourtant, celui des anglais repose à priori sur un axe FORT dont nous ne pouvons encore apréhender les effets réels. Quant à celui de la Sélune, il est construit sur un axe MORT où rien ne pourra venir se greffer. 

Pierre JUHEL