001

DE QUOI S' INTERROGER...??

Dès 1968...!

Tout jeune débutant au sein de la société active, je ne fus pas mécontent de ce renversement de la table du quotidien. Si notre général en chef, grand tableau de l'histoire de France et aux manettes depuis dix années, a dû subir cet échec sociétal c'est que lui-même et ses sbirs du moment n'avaient rien compris des aspirations de la jeunesse. Cette jeunesse justement qui demandait autre chose, de la liberté d'expression et des formations plus adaptées que celles issues directement du 19° siècle. Pour nous, génération montante, il ne nous était plus acceptable de se voir guidé par un chef de blindés ou d'un réseau style "Ici Londres...les français parlent aux français". La guerre, cet affreux spectacle que nos parents avaient subi malgré eux, la jeunesse "soixantehuitarde" n'en voudrait jamais plus...

C'est ainsi que sont apparus des groupes prônant l'anti-violence, et ils furent nombreux, puis rapidement nous entrions dans un surfing souvent incompréhensible mais à terme bénéfique pour les humains. Un grand vent de liberté se mit à souffler. Reconnaissons-le, le travail ne manquait pas et, par ce simple fait, Pôle Emploi n'avait nulle raison d'être. Jusqu'à l'apparition du premier choc pétrolier de 1973, puis plus tard celui de 1979. En fait, ces deux évènements ont mis en exergue LE point faible de nos économies dites "occidentales" et nos dirigeants furent atteints d'une incapacité chronique à initier les changements qui s'imposaient. En réalité, les seules modifications qui apparurent étaient celles du désenflement volumétrique des porte-monnaies du citoyen lambda. 

Pourtant, le moment était venu pour nos dirigeants, élus et administration, de pratiquer un "brainstorming" sociétal qui  aurait à terme, permis d'espérer en une autre vie quotidienne. Il n'y eut que deux voies de recours mis à la disposition du contribable-citoyen :

- la fameuse "chasse au gaspi" diffusée à grande échelle par les médias du moment (TV, radio et périodiques). Cette initiative avait le mérite d'être claire "si vous avez moins dans votre porte-monnaie, c'est parce que vous gaspillez". La responsabilité totale en incombait au peuple qui ne savait pas consommer. Pendant ce temps, les pétroliers poursuivaient leurs commerces avantageux sans pour autant se pencher réellement sur un nouveau modéle économique, sans pétrole ou presque. 

- La seule initiative active de la part de nos dirigeants, après 1973, fut celle d'accélérer l'implantation de centrales nucléaires, au nom, disait-on, de notre indépendance énergétique. La belle affaire...! Où se situaient les mines d'uranium? Sur le territoire français, quasi rien; la preuve, depuis, celles-ci sont fermées en laissant des territoires contaminés. Ce "nucléo" a été la grande arnaque de la seconde moitié du 20° siècle. Et en cela, je ne parlerai pas des contaminations "pacifiques" que nous avons générées autour de l'atoll de Mururoa, avec les mêmes approches américaines (et mêmes conséquences) sur l'atoll de Bikini dans les iles Marshall.  

Et pendant ce temps, les années 70 virent une inflation hyper galopante aux alentours de 15%. Même le SME (Serpent Monétaire Européen) ne put résoudre cette équation. En fait, il faudra attendre l'arrivée de l'€uro (2002) pour que nous retrouvions un peu de sérénité monétaire. Inutile de rappeler  que cette même période a vu le chômage croitre, lui aussi, de façon galopante. Le virage sociétal qui s'imposait dès 1973 n'étant pas abordé, les sorties de routes sont devenues permanentes. C'est cela le constat...ne cherchons pas d'autre explication..! 

Et en 2018 ? (50 ans plus tard)

Tout d'abord, il faut se remémorer les changements d'attitude que nous avons enregistré lors des consultations politiques en 2017. Celles-ci ont permis de constater que les populations sont exaspérées par les manipulations dont elles sont l'objet durant cette période de 50 années, pour le moins gérées à la "pépère", sans réel objectif sociétal d'avenir. Même les années "Mitterant" furent un échec sur ce point...c'est dire !! L'ensemble des dirigeants qui nous ont "assisté" n'ont fait qu'accompagner notre déclin et rien, absolument rien, ne permet de contredire ce que nous avançons aujourd'hui. 

L'Etat (notre Etat) n'a eu que volonté de réduire son déficit chronique, provoqué par manques successifs de clairvoyance ou par habitudes bugétaires condamnables. Ici, il me faut mettre en parallèle les pratiques de Bercy et celles du français moyen qui ne peut plus vivre décemment de ses pingres revenus, mais que l'on envoie de plus en plus souvent pardevant notre Justice. Comment ne pas établir le lien entre les actes de l'Etat intouchable qui a endetté à tout-va les générations futures et, les citoyens, de plus en plus soumis à des ponctions lombaires ravageuses?

En ce début 2018, qu'y a t-il de changé? L'économie moderne a transformé nos vies, mais a t-elle réellement permis à nos concitoyens de mieux vivre ? La réponse est NON. Si les revenus par individu ont largement dépassé ceux de 1968, les modes de fonctionnement de la société actuelle sont aux antipodes de 1968. Deux exemples:

- le numérique et le téléphone : en cette fin d'année 2017, le budget individuel dépasse celui de l'alimentation. Impensable en 1968.

- le logement : alors que de très nombreux français sont à la rue, nous avons une quantité importante de logements vides. Le français moyen ne peut plus se payer un loyer décent. Nous interrogeons-nous? Pas vraiment..!

Concernant la chasse au gaspi que j'exposai en début d'article, il faut établir là aussi un parallèle. Qu'avons-nous retenu de cette période pré ou pro nucléaire? Pas vraiment que du positif. Il faut nous interroger sur les capacités de notre Etat à mettre en oeuvre cette indépendance énergétique si critiquée tout au long de ces 50 dernières années. Pourtant, la France a défendu, avec une main de maitre, les dispositions finales de la COP 21 et le tout nouveau Président MACRON nous semblait en phase avec la transition énergétique votée par le Parlement. Cela, qu'on le veuille ou pas, nécessite un retour sur soi indispensable, quitte à remettre en cause des habitudes, des modes de fonctionnement et un changement radical de gouvernance. Or, nous sommes confrontés à des "retour en arrière" ou à des "remake" négatifs sur les sujets cruciaux que sont les substitutions énergétiques au pétrole et au nucléaire dont nous savons tous que les jours sont comptés. Le Ministre lui-même, Nicolas HULOT, nous a crédité, main sur le coeur, que les centrales nucléaires disparaitront de nos vies d'ici à 50 ans et que les énergies de remplacement "durables" vont permettre aux générations futures de vivre autrement. Nous sommes, en cette fin 2017, très dubitatifs à propos de "ces promesses qui n'engagent que ceux qui les écoutent". 

Les réalités du terrain sont tout autre. Je prends pour exemple, l'hydrogène énergie dont tous les "spécialistes compétents" sont d'accord pour affirmer que cette source a de beaux jous pour notre économie. Elle n'est peut-être pas dans les objectifs des pétroliers (Total, shell, exon, BP, etc...) mais nous devons impérativement nous affranchir de ces lobbies pour permettre enfin l'émergence d'une nouvelle et réelle économie vouée au bien être des citoyens. Le H2 énergie est probablement le remplaçant des moteurs diesel, trop polluants, même si les moteurs modernes le sont moins. Pour cela, il n'y a qu'une solution, celle de l'hydrogène par électrolyse. Celle qui consisterait à générer en masse des voitures tout électrique ne sera pas viable car elle va générer une demande accrue d'électricité, interdisant de facto la suppression du nucléaire bien au delà de 2100. La France est dotée d'une quantité considérable de barrages hydro-électriques, nous en connaissons 447 dont 220 qui produisent 40 TWh de courant électrique chaque année. 

C'est ainsi qu' ECOLOGIE NORMANDE a eu cette idée géniale de produire du H2 énergie sur le site des barrages de Vezins et de La Roche qui Boit, dont notre Etat, il y a quelques années, a eu la facheuse idée d'engager la démolition de ces 2 unités, faute de rentabilité générée par EDF l'exploitant. Depuis 2008, une vague imbécile et irresponsable se voue à cette entreprise désastreuse pour notre économie, prétendant rendre le passage libre de 20 ou 30 saumons et anguilles à qui nous devrons implanter des puces GPS pour leur permettre de retrouver une route qu'ils ont perdue depuis 1919. La Sélune ne sera jamais un "Chemin de Compostelle aquatique". Qu'on se le dise...! C'est alors que notre Ministre N. HULOT semble vouloir accepter ce chemin "boueux" et nos espoirs en lui sont devenus préoccupants. Pourtant, nous lui avons adressé une invitation sur le site afin qu'il se rende compte lui-même des attentes majeures de citoyens locaux, au demeurant très nombreux à préconiser une industrialisation moderne et durable de leur vallée, tout en y assurant une continuité écologique que notre association défendra coûte que coûte. 

J' INVITE tous les habitants du GRAND SUD MANCHE à nous rejoindre sur ce projet,car il  est le seul capable de SAUVER ces deux barrages de VEZINS et de LA ROCHE QUI BOIT et il est le seul qui évitera l'accélératrion d'une désertification rurale déjà engagée pour d'autres raisons. Lui ayant adressé une lettre le 19 décembre dernier, nous mettons tous nos espoirs dans le soutien du Président MACRON pour qu'il intervienne et qu'il exerce son pouvoir de "place nette" dans les esprits minoritaires qui tentent de dominer, comme par le passé, des populations qui ne savent plus où se situer. 

J' INVITE tous les habitants de notre SUD - MANCHE à nous rejoindre. Diffusez massivement ce document.

BONNE ANNEE 2018 à tous.

Pierre JUHEL

Président,

ECOLOGIE NORMANDE

101