01...OUI mais...SEULEMENT ENTRE AMIS.

En FRANCE généralement, nous avons une habitude très adaptée à la "LANGUE DE BOIS". On parle de telle ou telle affaire, mais on fait en sorte de dévier les orientations souhaitées par les citoyens. C'est une méthode bien connue et très répandue pour enterrer ou ralentir un projet "utile" mais qui n'entre pas tout à fait dans le cerveau de certains esprits retors. 

Ce matin, sur l'antenne BFM, je regardais Natacha BOUCHART, Maire de Calais, qui va accueillir demain mardi le Président de la République, à propos des énormes problèmes que sa ville rencontre sur les migrants. Dans la conversation avec JJ. BOURDIN, elle a lâché une phrase qui doit nous interloquer. Il existe une grande part des migrants qui ne souhaite pas rester en France et n'ont par le fait, aucune attache avec notre pays, sauf attaquer les camions sur la rocade d'accès au port avec des barres de fer et des artifices de toute sorte. En réalité, nous assistons à des casses violentes du style la cour des miracles de "Cartouche". Or, selon Madame le Maire de Calais, parmi les associations humanitaires qui soutiennent ces migrants "illusoires", il y en aurait  qui attisent le feu en leur procurant des ustensiles adéquat pour l'assaut des pauvres camionneurs et, dit-elle, ne seraient là que pour glaner des subventions. Incroyable...!

Devons-nous croire cette explication ou au contraire la réfuter? Quelque part, il y a probablement du vrai, et ce n'est pas à nous de juger car les réseaux sociaux s'en chargeront probablement. D'ailleurs, cette pratique est assez répandue dans de nombreux secteurs. Au nom d'une certaine et hypothétique démocratie dite "participative", dans le domaine de l'environnement, il y a pléthore de groupes classés "associatifs" qui n'ont en réalité qu'un objectif, rafler des subventions et pour cela s'attacher un objectif qu'une petite part des populations jugeraient crédibles. Que cet objectif soit peu ou prou intéressant pour la collectivité est secondaire. 

Nous connaissons TOUS parfaitement ces excès à connotations politiciennes. Le meilleur exemple que l'on pourrait mettre en avant, ce sont les fameuses ZAD - Zônes d'Aménagement Différé transformées par les alter-mondialistes en Zône A Défendre -. Ces gens-là, n'ont de démocrates que le nom. Ils s'installent partout où il y a projet afin d'annexer des terres privées, à la manière des paysans bannis du Brésil. Comme si la répartition des terres brésiliennes était comparable aux problèmes des paysans français. Le nouveau film qui est sorti s'intitule "la nouvelle illusion". 

Ce qui nous amène à une interrogation pointue. Que va faire l'Etat avec ces ZAD et en particulier celle de ND des Landes? L'intérêt général vat-il prendre le dessus sur ces intérêts (??) très particuliers que sont devenues ces zônes de NON Droit. L'Etat vat-il institutionnaliser dans les esprits une anti-constitutionnalité permanente? Si tel est le cas, il devra revoir l'écriture de notre Constitution qui, il est vrai, est déjà bafouée à tout bout de champ. Ce qui implique également une suppression radicale des subventions versées pour subvenir à des fins subversifs. 

Heureusement, dans le milieu associatif, tout n'est pas sombre. Il existe bien un noyau dur qui travaille au quotidien dans l'intérêt des citoyens, même si parfois les pouvoirs publics nous semblent quelque peu candides dans les approches techniques et écologiques avec des associations constituées selon le principe sus-évoqué. L'Etat et ses services doivent impérativement se servir des outils à leur disposition et éviter de prendre pour argent comptant des velléités partisanes non enclines à l'intérêt général. Cette affirmation s'applique de facto à tous les projets écologiques dont nous constatons qu'ils sont accompagnés de dispositifs contraires aux textes votés par notre Parlement.

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE