MEZARD brexit

COHESION du TERRITOIRE "SELUNE" : Qu'en pense le Ministre ? 

Il s'agit d'une vraie question, Monsieur le Ministre. Dans le gouvernement PHILIPPE (2), vous avez vocation, notamment, de mettre en harmonie les territoires de la République. Nous espérons cette fois avoir sonné à la bonne porte en vous relatant succintement le problème que nous rencontrons dans notre sud Manche et plus particulièrement dans la vallée de la Sélune qui est vouée, selon vos collègues du Gouvernement, à une "mise sous cloche" durablement. 

Depuis des mois déjà (juillet 2018) nous entretenons des correspondances avec Nicolas HULOT, puis avec le Premier Ministre et également avec les services de l'Elysée afin d'obtenir un but premier : être écoutés dans le cadre de notre projet H2 SELUNE, qui va, disons-le dans le sens inverse des décisions que votre gouvernement semble vouloir nous diriger. Ce projet consiste à produire de l'hydrogène par électrolyse, avancée par N. HULOT lui-même dans sa feuille de route de janvier 2018. Partout, en France et en Europe, des dispositifs se mettent en place pour développer l'hydrogène qui est appelé à devenir la substitution aux énergies de déplacements de demain. Comment imaginer cela si l'on se prive de la source décarbonée permettant de développer la filière? Nous nous interrogeons tous, élus, techniciens et associatifs que nous sommes.

Le Ministre N. HULOT a répondu à notre invitation par lettre du 21 décembre 2017, mais aucune suite ne nous est parvenue depuis. 

Par ailleurs, et cela vous concerne M. MEZARD, le 2 janvier 2018, ECOLOGIE NORMANDE a adressé une lettre à l'organisme d'Etat, France Stratégie, leur faisant part des incohérences stratégiques dans ce dossier.  Aucune réponse ne nous a été fournie. C'est alors que l'association que je représente vous demande votre arbitrage ès qualité de meneur de jeu sur un abandon ou pas de notre territoire déjà en grande souffrance. La cohésion d'un territoire s'impose plus que jamais dans notre République, surtout au moment où les questions récurrentes de la désertification rurale et de l'emploi se posent de manière dramatique. Nous considérons qu'il vous appartient, en lien avec vos collègues N. HULOT et Elizabeth BORNE, de nous apporter sinon des solutions immédiates, mais pour le moins des réponses. Les barrages concernés ne doivent pas être détruits (solution intellectuelle de facilité) car ils peuvent tenir 200 ou 300 ans sans la moindre difficulté. Cela est d'autant plus déplorable que la décision d'araser (Jouanno 2009) avait été prise en s'appuyant sur des justifications de droit très controversées et qui, à ce jour, font l'objet d'actions administratives. 

Une réponse, M. le Ministre, ne saurait que nous agréer et nous vous en remercions par avance. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE

Président,

clic ci-après :

France_Strat_gie

Hulot_RE_invit