fumer dans l'eau

La FUMERIE et les POISSONS

Hier 17 juillet, le journal "Le Monde" a fait paraitre un article intitulé "Fumer nuit gravement à la santé des poissons". Cet article nous a paru très intéressant et c'est pourquoi nous avons décidé d'en parler.  

On nous ressasse en permanence les effets des nombreuses pollutions recensées, mais il est rare de rencontrer une lecture dramatique de cette ampleur, laquelle s'accompagne d'innombrables incivilités. Si le fumeur a pris l'habitude de ne pas fumer dans les lieux publics fermés(règlementation oblige), dès qu'il se trouve à l'air libre, il reprend son rythme et jette ses mégots dans le caniveau de la rue, dans la rivière, dans le fleuve ou encore sous le sable de la plage. Et basta...! Pour le reste ça se débrouille. 

Précisément, comment ça se débrouille? Pour les caniveaux, par pluie, les mégots sont acheminés vers les stations d'épuration en ayant au préalable été saisis dans des dégrilleurs, mais la concentration imposante de ces déchets ne permet pas un "stop" à 100%, loin de là, surtout en cas d'orage important. Dans de nombreuses collectivités, les eaux pluviales sont rejetées directement sur un réseau unique où nos rivières servent de déversoir, venant grossir à puissance mille la pollution de nos eaux, jusqu'aux baignades en bords de mer. Les réseaux séparatifs collectifs (domestiques et pluviaux) servent de plus en plus de barrière "utile" à cette forme de déchets, mais il faut bien reconnaitre que nous sommes loin de la généralisation. Les coûts à la construction sont si élevés que les collectivités rechignent très souvent à ces investissements. Seuls, les nouveaux quartiers sont impliqués. Pourtant, nous devons savoir que dans ces détritus de mégots nous trouvons notamment, à des degrés divers, des métaux lourds (cadmium, plomb, chrome, mercure) mais aussi du goudron et de la nicotine. Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Berlin, estime qu'un seul mégot de cigarette peut contaminer jusqu'à 1000 litres d'eau. Sans oublier toutefois le filtre lui-même fabriqué à partir d'acétate de cellulose, une matière plastique non biodégradable.

Il nous faut rappeler qu'en 2017, l' INERIS (*) a classé les mégots comme "déchets dangereux"; la nicotine est une molécule très soluble dans l'eau, ce qui augmente considérablement la pollution aquatique et par conséquent la qualité des poissons et de la biodiversité qui l'accompagne. Les espèces aquatiques et/ou marines sont gravement menacées. Le CEDRE (**) est, selon le journal Le Monde, partenaire d'un projet européen dont l'un des volets vise précisément à mesurer l'impact que pourraient avoir les mégots sur les espèces marines. 

Avant de trouver la parade épidémiologique, ne serait-il pas nécessaire d'obliger les fumeurs à conserver leurs mégots sur eux? La société a bien réussi à imposer les toutounettes et les sacs de crottes pour les chiens. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE

FRANCE 22 écologie citoyenne

 

 (*) Institut national de l'environnement industriel et des risques.

 (**) Centre de documentation, de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux.