ALGUES VERTES dans le BUDGET 2019

En ce moment, se tiennent à l'Assemblée Nationale toutes les discussions pré-budgétaires en vue de l'exercice 2019. Celui de l'écologie se discute en commission et, notre ami Bertrand PANCHER, Député Radical de Bar le Duc, secrétaire de la Commission du développement durable, le 3 octobre, a rendu public son "coup de gueule". Vous pouvez voir en vidéo cette intervention sur notre page facebook "Ecologie Normande". 

Toutefois, nous reproduisons ici les paroles du Député, grand spécialiste reconnu de ce secteur. 

> Pour que nos politiques environnementales fonctionnent, il faut deux choses :

1) Une fiscalité environnementale importante pour pouvoir intégrer les coûts induits et les coûts de pollution. 

2) Des moyens en direction du changement de comportements et de nouvelles méthodes pour régler nos problèmes  de gaz à effet de serre, de biodiversité, de tri et d'enfouissement de déchets.

Quand on analyse le budget de l'écologie 2019, on ne voit aucun moyens en faveur du développement durable, des nouvelles mobilités, ou des énergies renouvelables et c'est bien dommage! En plus de cela, l'augmentation de la fiscalité environnementale est un énorme coup de matraque :

> On augmente sans cesse la taxe carbone qui est passée de 5,6 milliards d'€ en 2017 à 12,8 milliards d'€ en 2019.

> On fait exploser la TGAP (taxe sur les déchets ultimes) qui passe de 400 à 900 millions d'€.

> On continue à prélever allègrement les budgets des agences de l'eau puisqu'ils sont taxés à hauteur de 500 millions d'€ cette année. 

Si on continue à suivre ce budget, on va dans le mur..!        

Fin d'intervention

Notre AVIS :

La présentation de ce budget est édifiante. Elle reflète parfaitement ce que nous constatons dans d'autres secteurs de l'économie. Sommes-nous non dirigés ou mal dirigés? L'avenir nous le dira. Mais une chose est certaine, la France ne respectera pas ses engagements qu'elle a pourtant initié et signés, en matière environnementale. C'est le dépit et peut-être la HONTE qui se prépare.

Nous comprenons pourquoi Nicolas HULOT a démissionné. La question du jour est désormais celle-ci: F. de RUGY, c'est dans combien de temps? En fait, un Ministre n'a aucun poids devant la haute administration. Le départ de Gérard COLLOMB est peut-être dans le même esprit (?!). Que pouvons-nous faire nous les pauvres citoyens? Les poids lourds de cette administration sont immuables dans leurs erreurs ou leurs errances. Ils décident, en bon ou en mauvais, point final. Nous le voyons ici dans notre sud Manche avec ce désastre annoncé de "casse des barrages" couvert par une décision que l'on fit signer à Chantal JOUANNO et que l'administration ne veut absolument pas remettre en cause, par peur de se démettre, et au risque encourru d'inondations. Mais il n'y a, dit-on, que les "imbéciles" qui ne changent pas d'avis, surtout si l'intérêt général prime. Ce qui est en phase avec la loi sur la transition énergétique votée en Août 2015 sur l'initiative heureuse de Ségolène ROYAL. 

En CONCLUSION :  Si les citoyens ne sont plus écoutés, alors ceux-ci sauront prendre leurs responsabilités le moment venu. C'est en fait la seule chose qui leur est permise. En ce soixantième anniversaire de la Constitution, il est bon de le rappeler. 

Les algues vertes ont envahi l'hémicycle, car l'eutrophysation est de mise dans l'exécutif. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE

Président,