GilVERT

Ne NOUS TROMPONS PAS DE COMBATS...!

Dans notre société fracturée, il existe de nombreux sujets portant à litiges, incompréhension et parfois à des luttes fratricides inutiles. Le mouvement des Gilets Jaunes, s'il possède des réalités d'existence, ne répondra jamais aux réalités finales qu'exige notre planète bleue. 

Oh, elle n'est plus tout à fait bleue...! Elle est tellement embrouillée qu'il devient souvent impossible de prendre la moindre photo. Les climato-sceptiques sont là pour nous cadrer face aux réalités de l'instant mais surtout à celles de demain. Justement celles de demain, qui les comprend et qui est en mesure d'analyser ce qui nous attend? Jusqu'à ces dernières semaines, nous connaissions le Grand Gourou climato-sceptique en la personne du Président américain TRUMP, mais depuis samedi dernier, nous avons découvert que ce personnage controversé avait de par le monde, énormément de supporters. 

Certes, beaucoup de gilets jaunes vous diront le contraire; TRUMP n'est pas leur tasse de thé. Mais quand même...les arguments avancés, à la finale, alimentent l'escarcelle du Président  américain "supprimer les taxes sur les produits pétroliers, ne pas changer ce qui fonctionne si bien, que les nuages de CO2 continuent d'agresser nos poumons déjà chargés, pour certains, de nicotine...etc...". Nous avons bien saisi que le vrai problème est la baisse du pouvoir d'achat. Mais il est particulièrement néfaste de rendre l'écologie suspecte de tous nos maux...Il y en a même qui lancent devant les caméras des insanités "écolos de M...." ou encore sur ce Facebook imprégné de fake news et de mensonges. J'ai honte pour eux. Alors, trop c'est trop et ça suffit les âneries de 5ème sous-sol; en 1789, s'ils avaient eu les réseaux sociaux, les citoyens n'auraient jamais atteint ce niveau d'incohérence, c'est dire..!

Néanmoins, plus calmement, je reprendrai une partie de l'explication hier soir de Nicolas HULOT. Il faut développer la transition écologique et énergétique, mais dans le même temps, l'Etat doit accompagner le volet social afin que personne ne reste sur le bord du chemin. Si nous avons un reproche à faire au Gouvernement, c'est bien celui-là car, à un moment donné, plus rien n'est possible, sauf pour ceux qui ont des revenus adéquats. La proposition faite par Laurent BERGER, de la CFDT, parait très intéressante. Après l'avoir repoussée, le Gouvernement semble s'y intéresser, en tenant compte des spécificités des "Territoires" si différents de l'un à l'autre. Voilà qui nous rassure et voilà surtout une belle vision sociale de la part du premier syndicat de France. 

Nous ne pouvons pas revenir sur les dispositions de cette transition écologique et énergétique car il en va de la survie de l'espèce humaine. On nous a englué dans un système consumériste où le tout pétrole est la règle absolue. ERREUR fondamentale! Les pollutions ont atteint un degré si important que nos 48000 morts par an ne sont qu'un début. En réalité, nous avons entamé notre extinction. Je fais le rapprochement avec ce fléau que nous avons connu avec l'amiante, mais dans ce qui nous préoccupe aujourd'hui, nous allons atteindre un facteur exponentiel d'où il ne sera jamais possible de faire retour. Regardons en face avec les épisodes d'incendies en Californie. Bientôt, à tout instant, c'est cela qui nous attend. Nous ne devons pas atteindre l'élévation de 2°C à la fin de ce siècle, sans quoi, notre pays deviendra une proie facile aux incendies, aux pluies et aux inondations. Plus encore que la défense ou l'éducation, pourtant l'une et l'autre majeures, c'est l'Ecologie dans son ensemble qui doit devenir le premier poste budgétaire de la Nation. Pour ma part, depuis 20 ans, je dis partout que les principes budgétaires de la V° République sont dépassés et doivent être révisés. Nous y sommes...mais nous rechignons encore, par crainte de voir s'effriter notre propre crédibilité politique. Quel non sens! 

Alors, pour que engrangions l'intégralité des mesures indispensables à notre "survie", c'est le moment de changer de casaque, pour nous habiller d'un GILET VERT  où nous pourrons relier :

> La question sociale, l'exigence démocratique et l'urgence écologique.

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE