safe_image

Le PEUPLE SELUNIEN SERA T-IL ENTENDU ou SACRIFIE ???

Il y a une semaine, nous étions en délégation dans les locaux du Ministre François de RUGY afin de présenter notre mémorandum de 60 pages, accompagné d'une note de synthèse, sur les 5 sujets suivants : 

> les ENERGIES en France et notamment l'hydrogène décarboné

> les INONDATIONS dans l'après BREXIT sélunien (chacun comprendra)

> l'AVENIR de la ligne SNCF "Paris-Granville" grâce à la motorisation H2 Sélune

> L'AVENIR de l'AGRICULTURE en France

> Les MAISONS EDUCATIVES ECOLOGIQUES (M2E)

Le Conseiller du Ministre, Xavier PLOQUIN assisté d'une collaboratrice, nous ont reçu. Un aperçu de notre dossier a été parcouru et, disons-le clairement, nous n'avons aucune certitude de la suite qui sera donnée à cette affaire des barrages. Sauf qu'il nous a été rétorqué que ces barrages "ça dure depuis 15 ans", ce qui sous-entend "ça commence à faire...". Ce à quoi, j'ai rétorqué : "...de la faute à qui ?...cela n'en tient qu'à vous..." , "...ce dossier a tellement été bâti par des personnes inconséquentes, qu'il serait bon que vous en preniez acte". Paroles gratuites ???

Malgré les mouvements sociaux qui sévissent partout en France depuis la mi-novembre 2018, et l'instauration par le Président MACRON de ce "GRAND DEBAT NATIONAL", nous avons eu la fâcheuse impression que rien ne changera dans l'esprit des décideurs qu'ils ont surtout la ferme volonté de ne jamais désavouer cette classe politique antérieure dont il y aurait beaucoup à dire et que nous continuerons longtemps à interpeller, tant les différences entre le peuple et les décideurs parisiens sont énormes. 

Sur le côté inondations, il nous a été répété, une nouvelle fois, qu'il n'y a aucun risque pour les populations et, je dirai même que ce serait plutôt nous, les gens de terrain, qui inventons des inepties. Nous avons eu beau insister sur les inondations récentes dans l'Aude (par ex) que l'intransigeance de notre interlocuteur a redoublé. A défaut d'abroger le fameux arrêt JOUANNO, source de tous nos maux, nous avons demandé que le processus de "désertification volontaire" soit suspendu, le temps que nous finalisions le buisness-plan hydrogène. La réponse n'est pas venue; seule une vague affirmation du style "je vais regarder..." a percé nos chastes oreilles. 

Toutefois, dans la discussion, nous avons eu confirmation que l'inique et unilatéral "rapport Perrin" joue toujours un grand rôle dans l'esprit de ces messieurs. La Rentabilité à la tonne d'hydrogène décarboné est, selon eux, totalement en décalage des besoins industriels que les économistes "libéraux" recherchent. En filigrane de la discussion, nous avons pu déceler le "coup de patte EDF". En effet, nous avons acquis la certitude que la grande entreprise énergétique française fait peser tout son poids dans la balance de la PPE (Programmation Pluriannuelle de l'Energie) en prétextant que le prix public du KwH nucléaire serait largement inférieur à la tonne d'hydrogène par électrolyse. Ce qui est archi faux. En effet, pour comparer ce qui est comparable, il y aurait lieu d'intégrer les valeurs de démantèlement des centrales en fin de vie, ce que dailleurs, EDF est incapable de chiffrer tant la complexité est importante et les paramètres inconnus. Il faudrait aussi intégrer la valeur du stockage des produits qui ne peuvent être éradiqués avant 2000 ans (au mieux). Le projet de stockage à BURE (Meuse) n'est même pas certain d'aboutir; ce qui n'empêche nullement EDF de prévoir dans la PPE, la construction (horizon 2035) de six nouveau EPR dont un second à Flamanville (50) et un nouveau à PENLY (76).  

Pendant ce temps, le Préfet de la Manche joue avec les nerfs des populations en vidangeant le lac, en contrôlant les installations (jugées depuis comme conformes), puis en remettant en eau sans pour autant remettre en service le turbinage, mais nous savons qu'il prépare son "coup d'après" c'est à dire l'abattage "imbécile et anti citoyen". Que dirions-nous de la dépense publique inutile et dont l'agglo MSMN ne pourra jamais payer sans recours à l'impôt? Que dire aussi des travaux effectués à la Mazure, totalement en décalage car une base comme celle-ci ne fonctionnera JAMAIS en positif et sera à la remoque des subventions que l'Etat, justement, cherche à diminuer ou à supprimer. 

C'est ainsi que je comprends que le mouvement actuel dit des "GILETS JAUNES" a sa place. Comment pouvons-nous croire en nos élus du haut de l'échelle, comme aux intermédiaires locaux qui ont été "embrouillés" par des sirènes qui ne sont que celles de la mort annoncée. Comment M. le Président de la République, que nous comprenons parfaitement dans sa démarche nationale, va t-il s'y prendre pour nous annoncer ce désastre en décalage total avec l'esprit des deux rendez-vous tenus avec les Maires dans l'Eure et le Lot?  

Une fois encore, ECOLOGIE NORMANDE réitère que les transcriptions abusives de l'UE en droit français existent bien. M. MACRON l'a dit et répété, suite à la question de Mme de GIBON, Maire de Canteloup (14) à Bourgtheroulde ce 15 janvier. La Directive sur l'eau a été surtranscrite dans notre droit, à tort, nous le savons depuis 2016. Nous l'avons écrit partout et l'avons affirmé à M. le Préfet le 1er décembre 2017, mais rien n'y fait, on passe outre, quitte à faire prendre des risques aux habitants locaux, comme ce fut le cas dans le Gard, le Var, l'Hérault, l'Aude et bien avant, en Vendée (tempête Xynthia) où nous avons dénombré 59 morts, plus de 100 maisons détruites et payées par l'Etat, à cause d'un mauvais suivi des services et d'une inconséquence inadmissible. Toute cela construit sur un bras de terre où nous savions que la mer viendrait y reprendre ses droits (je connaissais parfaitement ces lieux). Autre exemple dramatique : Vaison la Romaine (1992) où 47 morts furent recensés et 34 disparus.  En ma qualité d'ex Commissaire-enquêteur, je trouve cela "HONTEUX" et "IRRESPONSABLE" de poursuivre une politique d'aveugles et de sourds. Pourquoi ne jamais faire confiance aux citoyens locaux? En réalité, c'est la conséquence directe du principe vertical :"Paris décide et la province exécute, sans broncher". 

En CONCLUSION:  je reprendrai les termes de Nicolas HULOT dans son discours des voeux à la Nation, le 22 janvier 2018, où il disait (1) "...une démocratie qui va loin, c'est une démocratie éclairée, qui évite le piège des blocages...une grande leçon est à tirer; celle de ne plus insulter l'avenir en oubliant de consulter les citoyens avant même que la décision ne soit prise, comme c'est bien trop souvent le cas quand on parle de projets d'aménagement  du territoire dans notre pays". 

Le GRAND DEBAT sera t-il UTILE aux citoyens ? Nous l'espérons, mais l'essai est à transformer. 

(1) A propos de ND des Landes. Bel exemple à ne jamais répéter; pourtant cela a duré au total 50 ans. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE