jour-d_aprèsNos FORMULATIONS dans le GRAND DEBAT

Cette semaine, LE POINT a  consacré sa "UNE" à ce que son édito appelle, par erreur manifeste, "la France moisie", en replay d'un titre paru vingt ans plus tôt en 1999, lors des élections européennes. Nous devons nous élever contre ce manifeste qui met en doute (ou en cause) l'appétence des français à pouvoir se réformer ou à suivre les impératifs de son temps. NON, nos concitoyens ne sont pas des retardataires, nous ne le pensons pas et nous ne le croyons pas. La preuve, en ce moment, nous est donnée avec la tenue du GRAND DEBAT, même si parfois des propositions demandent à être améliorées et recadrées dans un registre institutionnel utile. Jamais, depuis l'avènement de la V° République, il n'y a eu un tel échange sociétal; profitons-en avec délectation...!

C'est ainsi qu' ECOLOGIE NORMANDE, en interne, a étudié huit propositions susceptibles d'entrer dans la future société du "VIVRE ENSEMBLE" que notre ADN veut tenir à bout de bras. Voici ces 8 propositions:

1) Faire de l'écologie un secteur régalien de l'Etat à égalité avec l'éducation, laquelle écologie doit cesser d'être une variable d'ajustement des budgets.

2) Création d'un fonds écologique national en mesure d'assurer l'ensemble des défis écologiques. Pour cela, création d'une Banque écologique dont les actionnaires seraient l'Etat, la BCE, les institutionnels comme la Caisse des Dépôts et l'ADEME, puis enfin les Régions. Le fonds de garantie de cette banque serait alimenté par un Grand Emprunt populaire d'Etat, spécifiquement réservé à la cause écologique en amont et en aval. 

3) Création d'un CER (Conseil Environnemental Régional) dans chaque région, en partenariat avec les CESER. Ce CER serait présidé par le VP à l'environnement et du développement durable de la Région concernée. Il serait le bras armé exécutif de l'ensemble des dispositifs, en place ou à venir, ayant trait aux aides et subventions relatives aux économies d'énergie (habitat et mobilités).

4) Rendre la PPE (Programmation Pluriannuelle de l'Energie) priorité nationale et que sa rédaction finale (à approuver par le Parlement) soit équitablement discutée sous la forme d'un dialogue constructif entre le peuple et les gouvernants. Cette disposition permettrait une atténuation majeure des risques "lobbyistes".

5) Faire de la France une démocratie éclairée qui évite les blocages. En ce sens, consulter la population locale en amont pour les grands projets territoriaux qui auront une incidence majeure sur la vie des citoyens. Pour cela, nous demandons expressément une nouvelle écriture de la loi SRU 2000, qui n'est plus adaptée aux réalités du terrain.

6) Agriculture du futur : Nous souhaitons une nouvelle orientation, outre le bio et la permaculture que nous soutenons vivement, vers la diversification des assolements, les cultures associées aux légumineuses et aussi à l'introduction d'espèces variées en limitant les adventices et en attirant les prédateurs (limitation des traitements pesticides). ECOLOGIE NORMANDE préconise de revenir aux bases scientifiques agricoles (diversification, maraîchage, agro-foresterie) et éviter les modèles agricoles destructeurs des lombrics, indicateurs de fertilité des sols. En cela, il faut promouvoir des modèles valorisant nos agricultures : structurer une agriculture des marchands (export) et une autre de proximité (circuits courts).

7) Risques majeurs territoriaux : ECOLOGIE NORMANDE préconise que toutes les campagnes de protection sur les risques majeurs (climatiques, mouvements de terrains, inondations, submersions, érosion côtière, sécheresses...) soient transférées aux Régions (via les CER) sous contrôle des Préfets de Régions, coordinateurs près de l'Etat. Objectifs: être au plus près des populations concernées. 

8) Maisons Educatives  Ecologiques : Tel fut le destin des Maisons de la Culture, inventées par André Malraux, au début des années 60, ECOLOGIE NORMANDE préconise la création de Maisons Educatives Ecologiques (M2E) dans toutes les régions. Cela se ferait en partenariat avec l'Education Nationale et permettrait d'éduquer les générations futures vers des comportements adaptés à une véritable écologie "DURABLE". Ces Maisons seront gérées par les régions, sous l'égide du CER que nous préconisons par ailleurs. De plus, ces M2E pourront servir de relai permanent aux contrôles citoyens de la nature grâce à la mise en place d'applications smart-phone gratuites. 

 

Ces propositions sont adressées séparément au Premier Ministre et au Ministre de l'Ecologie solidaire. Nous tenions à vous en informer. Ceci réalisé, la communauté citoyenne toute entière entrera alors dans ce que nous appelons "le jour d'après". 

Merci pour votre lecture assidue. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE