04

Les POUVOIRS PUBLICS S'OCCUPENT DES ARETES...!

Qui peut dire que les arêtes dans le poisson sont digestes? Chacuun sait parfaitement qu'une surdose de ces squeletiques vertébrés aquatiques peut provoquer la suffocation puis la mort. Sauf nos dirigeants de haute lignée...! Ceux-là sont payés pour nous indiquer une route que tout citoyen "ordinaire" et "normal" se doit de réfuter, tant la réflexion est synonyme d'impasse et hélas très souvent, de mort. 

En l'état, il ne s'agit ici, surtout pas de parodier des situations complexes, toutes imaginées par ces chers "élites" nettement plus "instructionnés" que l'immense majorité des "bipèdes" à qui l'on demande avis dans les situations extrêmes et qui perdurent sur les rond-points depuis le 17 novembre 2018. 

OUI, Monsieur le Premier Ministre, je constate avec désolation que vous ne tenez nullement compte des avis de ce que nous sommes, nous les citoyens, et que, au moment qui sera le plus opportun, vous donnerez ordre au locataire de notre Château départemental de mettre à feu les deux unités de barrages que sont VEZINS et LA ROCHE QUI BOIT. Les populations, les vôtres M. le Premier Ministre, sont inquiètes car, telle l'attente de la Guillotine autrefois, elles ont atteint un état second qui n'est pas compatible avec la réflexion que vous devriez avoir à leur égard. Pourtant, M. PHILIPPE, je vous ai connu en d'autres temps et j'avais cru percevoir en vous une bien différente vision du service de l'ETAT. Si je reconnais que chacun peut se tromper, je ne peux imaginer que vous le grand serviteur de la V° République, vous puissiez rester aussi silencieux devant le remake de la Fable de La Fontaine où le méchant loup mange le Petit Chaperon Rouge. 

Hier 3 mars, lors du Carnaval de Granville,  j'ai personnellement rencontré le Sénateur Philippe BAS. Nous avons pû échanger quelques mots sur cette ubuesque situation, initiée en d'autres temps par des "'faux écolos", suivie comme son ombre par des "politiques" en manque de personnalité et, appuyée par une surtranscription de la Directive européenne sur l'eau. Monsieur BAS m'ayant confirmé son soutien au maintien de ces deux ouvrages, m'a également rappelé que la situation financière de la France a changé depuis 2009 et qu'en l'an 2019, personne ne peut imaginer qui va payer la NOTE qui sera hyper salée. Par conséquent, selon le Sénateur lui-même, il serait intelligent de stopper cette hémorragie destructrice en totale opposition avec le mix énergétique voté par le Parlement le 17 août 2015.  

Je rappelle à Monsieur le Premier Ministre qu'il s'agirait d'une initiative de "BON SENS" politique et rejoindrait alors les avis des 120  élus de la Vallée de la Sélune qui ont adressé une lettre au Ministre HULOT, le 31 mars 2018. Le ferez-vous ? J'ai un moment cru que vous le feriez, mais désormais, nous sommes beaucoup à penser que la politique du "pourrissement" sera celle qui sera adoptée. Nous vous rappelons qu'en agissant ainsi, vous donnez du crédit à ceux qui pensent que votre Gouvernement ne tiendra pas compte des avis des populations qui se déplacent dans les réunions du GRAND DEBAT. Alors, VEZINS et La ROCHE QUI BOIT deviendraient-ils un nouveau ND des LANDES tristement célèbre et ce, durant 50 ans. 

A vous de voir M. le Premier Ministre. Voulez-vous ou non une réelle politique des territoires?

 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE