mou 01

Des MOUSSAILLONS (par Elise CORSA)

 "A force de rompre soi-même les digues, on finit par se noyer...". (François LAMY - ex Ministre de la ville). 

Je tenais à emprunter cette expression de François Lamy, alors qu'il était Ministre, pour tenter de démontrer combien l'approche démocratique de nos concitoyens peut parfois apparaitre décalée et incomplète ou souvent à géométrie variable. La période du Grand Débat, qui va se terminer bientôt, aurait dû éveiller nos consciences, et produire ne serait-ce qu'une once de réflexion. Je pense que la marge reste encore très importante et que les pourfendeurs négationnistes sont nombreux. En fait le public s'interesse t-il à ce débat? 

Il y a ceux qui s'investissent, pensant vraiment que l'opportunité est présente. Puis il y a les autres...comme dirait BREL...! Ceux qui doutent et ceux qui sont foncièrement négatifs sur l'ensemble des sujets au point de le manifester clairement par des questions que j'appellerai "bateau"; sans oublier ceux qui viennent au débat en retard et qui repartent en avance, histoire de faire savoir qu'ils sont venus ou être sur la photo du quotidien local. Mais dirai-je que ces attitudes ne sont pas spécifiques à la tenue du Grand Débat, car il s'agit bien de la gangrène politique de notre vieille République. 

Si je vous relate cela, c'est que nous avons un réel problème démocratique que notre Président ferait bien de s'y attarder tant les habitudes bien ancrées dans le "teuf teuf" quotidien risquent de produire des effets pervers au sein de nos administrations locales. Quel que soit le niveau électif, il apparaît de plus en plus des distorsions flagrantes. Je m'explique : untel ou unetelle sont-ils en capacité de diriger une commune, une ville ou une agglo? Rien n'est moins sûr car, contrairement aux recrutements en entreprise privée ou publique, le stade du CV conventionnel se suffit à lui-même. En politique, avoir un peu de culot, un peu de connaissance non approfondie adossé à une faculté morale au dessus de la moyenne feront l'affaire. Pire, une fois établi ce subterfuge, on passe aux actes en jouant le "joli poupon" indispensable près des concitoyens. Les électeurs adorent les "jolis poupons" et c'est ainsi qu'ils acquièscent facilement de se convertir aux facéties d'un "sergent recruteur". 

La suite délicieuse reste à venir...! Les compétences aux limites inscrites sont aussi au programme. De simple citoyen parfois apeuré, l'on devient responsable d'une frange de population qui attend tout (ou presque) de vous (???) C'est en fait ce que j'appelle une organisation "gribouille" tenue par un seul lien, celui d'une "politique de moussaillon". 

Si je suis très heureuse de l'institution de ce Grand Débat National, je suis inquiète pour sa continuité dans le temps. Je vois mal comment l'on pourra faire évoluer les institutions sans en relever le niveau. Le Président l'a t-il inclus dans son diagnostic? Je ne sais pas, mais je le souhaite. L'issue approche, les Commandants de bord vont nous concocter le nouveau bréviaire. Espérons qu'il sera lisible et accessible au plus grand nombre. 

 

Elise CORSA

Essayiste