NIE-territoire-à-defendre

 A GEOMETRIE INVARIABLE..!

 Ce matin, très tôt, je me suis levé car mon esprit s'est embrouillé en réalisant combien les injustices de ce pays, la France, sont présentes dans notre si belle région. J'ai pensé à tous ceux, anonymes ou non, qui ont oeuvré pour que notre ancienne Province devienne ce qu'elle est devenue, en Janvier 2016, notre "Terre promise" issue du Traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Mon petit passage au Mouvement Normand m'oblige à  respecter l'ensemble de ces femmes et ces hommes, convaincus de leurs idées et persuadés que leurs actes de l'instant finiraient par s'imposer à nos dirigeants nationaux, plutôt sensibles à un Etat fort et centralisateur. C'est tout cet ensemble qui m'est apparu très tôt ce matin et, sans les connaitre, j'ai vu et revu tous ces normands défiler sur l'écran de ma mémoire, pour le coup artificielle. 

Ces respectueux ancêtres qui, en d'autres temps, communiquaient principalement grâce aux 3350 mots de patoisement, comme par exemple : "boujou!, A tantôt!, Ati té?, Vas ti bère un coup? Y'r'pleut! ou encore Les bézots"...Ces gens-là avaient la fibre de leur terre accrochée au ventre, au coeur et dans leur esprit...Cette fibre c'était la Normandie, la même que nous connaissons aujourd'hui, une et indivisible que pourtant les fonctionnaires de la IV° République ont amputée pour des basses questions de gestion étatique. Je rappellerai toutefois que la Normandie a été martyrisée comme aucune région de France ne le fut jamais. A quelques semaines du 75ème D-Day, il fallait que nous le rappelions. Nous sommes beaucoup à penser que notre Etat parisien des années 50 aurait pu être plus reconnaissant envers les citoyens normands en leur épargnant le clivage "haut et bas". Pourtant, il ne faudrait pas oublier que ce furent les Normands de Guillaune, en 1066 à Hastings, qui conquièrent l'Angleterre et y établirent une nouvelle dynastie. 

Certes, en 2019, les choses ont bien changé, mais en Normandie, les explications sur le BREXIT n'ont pas tout-à-fait la même consonnance qu'ailleurs en France. Ici, les anglais sont plutôt perçus comme des cousins, à cause de leur proximité géographique mais aussi de par cette lointaine familiarité. Chez nous, les anglais se sentent un peu chez eux..! Et si un nouveau référendum anti-brexit avait lieu, ici, très peu de gens y trouveraient à redire.  

Revenons à ce qui nous préoccupe sur cette terre normande. Le sentiment sociétal qui monte chez nos concitoyens est celui de l'incompréhension issue de nos dirigeants nationaux, au point que les normands éprouvent de plus en plus de difficulté à séparer le bon grain de l'ivraie. Le comble dans une région essentiellement agricole. Depuis 40 ans, l'on nous a ressassé les bienfaits d'une décentralisation. Si cela est bien réel, il ne faut pas se voiler la face ni s'autocensurer les oreilles car les actes décentralisateurs, s'ils sont présents, ils sont avant tout à "géométrie variable" et sous contrôle extrême de l'Etat. On ne sait jamais...!! Pour illustrer mes propos, je reprendrai, une fois de plus, l'exemple des barrages sur la Sélune où, disons-le, tout y est réuni: "le meilleur et le moins bon", "la réflexion et l'abrutissement", "les vérités et les mensonges", "le droit et l'ant-constitutionnel" et pour finir "pour le peuple et contre le peuple". On devrait désormais parodier notre Etat comme étant cette nouvelle dénomination "l'Etat Sélune".  

En effet, dans ce dossier, notre Etat, style IV° République, se prend partout les pieds dans le tapis, tant les incohérences sont nombreuses. Celles-ci sont si importantes et injustifiables que les représentants de l'Etat fort feront l'objet de marqueurs indélébiles pendant des décennies. Pour justifier ces propos, je reprendrai toutes les incohérences techniques et financières qui sont apparues au fur et à mesure dans ce dossier "fourre-tout" de la République. On y côtoie ensemble, par exemple, les pro-araseurs et les pro-pesticides, les pro-régionalistes et les centralisateurs, tout cela conduit à une politique que nous devons combattre plus que tout : la "géométrie variable", celle qui aurait tendance à aller dans le sens du vent. A contrario, tenir compte de la lettre signée par plus de 100 élus et de commerçants avisés des dangers qui les attend, il ne saurait en être question...L'Etat doit rester fort et tant pis si le couperet de la guillotine tombe, ou si les finances sont mises à mal dans une périoide où la France est endettée à hauteur de 2 200 Mds€. Circulez mesdames et messieurs, vous êtes tous des ignares; nous, nous savons...et pour illustrer mon propos, je reprendrai l'expression du collaborateur du Ministre de RUGY qui nous a reçu le 14 janvier 2019, "Vezins, 15 ans ça suffit..". Eberlués, nous l'étions et je lui répondis :"de la faute à qui?". La réponse n'est pas venue, sauf celle de l'arrêté de démolition du Préfet daté du 5 mars 2019. En fait, nous avions compris que chez ces gens-là, on ne revient jamais sur une décision prise, même une bêtise...!!!

Le Président Hervé MORIN, que nous avons rencontré le 13 mars, a été très étonné des incohérences qui sont greffées dans ce dossier "pourri à souhait". Ne serait-ce que le montant réel des engagements financiers qui devront être supportés dans ce cadre élargi de l'arasement (renaturation du site et de la vallée ou La Mazure dont l'avenir sera plus que compromis), sans oublier la réserve d'eau que les agriculteurs demanderont à un moment ou un autre, ou pire, la contrariété technique du flux des eaux en cas de survenance de la montée des eaux prédite par le GIEC et accélérée par une absence de régulation sur les deux barrages. Mais, c'est bien connu, nos dirigeants sont tous des "polytechniciens" en puissance, donc incontestables. Nos enfants le verront...à leurs dépens!

Voilà, mes chers amis, un épisode de plus dans la recherche incessante de la "bêtise humaine". Mon expression "A géométrie invariable" du début devrait prendre tout son sens. Les grandes explications télévisées de notre Président de la République, toutes intéressantes qu'elles soient, devraient désormais intégrer tout le bon sens des citoyens et des élus locaux. Au vu des catastrophes climatiques que nous subissons, j'ose encore y croire. Suis-je le seul? Subitement, je constate un grand vide sidéral.

Pierre JUHEL