Répliques eco

A LA FRANCAISE....

Nous n'échapperons jamais à ce type d'exercice. La polémique est dans nos gènes, encore faut-il qu'elles soient bonnes et justifiées. Cette fois, nous allons prendre à notre compte ces quelques exemples. 

Nous avons appris qu'un certain nombre de Députés et Sénateurs, s'alliant, une fois n'est pas coutume, pour empêcher la privatisation de l'ADP, avancée par le Premier Ministre dans le but de se remplir les caisses (à moitié vides ou à moitié pleines...selon l'humeur du jour). Voilà en fait le plus bel exemple de mauvais Etat qui se veut l'égal des entreprises du secteur privé. Un Etat n'est pas là pour jouer dans le secteur concurrentiel mais il est là pour prévoir et orienter en tant que facilitateur économique du pays. Jamais l'acteur. Rappelons-nous le triste épisode mitterandien de 1981 sur le sujet. A cette époque, ce qui prévalait était la mauvaise considération des français vis à vis des chefs d'entreprises qui s'en mettaient plein les poches sur le dos des salariés. Vision retardataire datant de la préhistoire, même si parfois il y a des excès punissables. Alors pour ADP, pourquoi ne pas envisager une concession (d° autoroutes) ou encore des DSP (Délégation de Service Public) que l'on rencontre partout en France dans les collectivités. Une entreprise est en mesure de lever les fonds nécessaires pour son développement alors que des Directeurs fonctionnaires ne sont jamais sur le même registre, ou alors faire appel aux contribuables...tiens donc, encore une fois !! Et puis, ADP, ce sont les services régaliens qui vont continuer à être gérés par l'Etat (police, douanes, sécurité....). Reste les aspects "commerciaux" et l'accueil qui doivent impérativemlent être rattachés au secteur concurrentiel, national ou international. Que dire de la qualité actuelle de l'accueil des usagers actuellement à ADP, sinon que la moyenne est jugée assez basse.  

Les français ont une vision négative sur les chefs d'entreprises et c'est très dommageable pour la société qui nous fait vivre. Il faut cesser de considérer ces derniers comme des "parias" et leur redonner toute la confiance dont ils ont lourdement besoin. L'expérience qui va se présenter devant nous avec ADP n'est pas la seule. Nous voulons faire des économies d'échelle et dans le même temps, chacun y va de sa réclamation supplémentaire. Tout cela est incompatible avec une gestion saine et équitable que l'Etat, très souvent, se montre en défaut. Le paradigme Etat ou privé n'est pas le même, encore faut-il en faire la bonne différenciation. 

Cela nous amène, inévitablement, à notre affaire des barrages de Vezins. L'Union Européenne, depuis 10 ans, fait pression sur la France pour réduire l'influence EDF sur l'hydroélectricité qui, par ailleurs elle combat au profit de son électricité "nucléaire". C'est ainsi que les grands barrages pourraient rester verrouillés dans le giron EDF, ce qui est pour le moins contestable au vu des principes de la Commission Européenne, dont les Directives unanimes sont toujours votées par la France (p. rappel: EDF est détenu par l'Etat à 87,2%). Nous comprenons l'embarras de l'Etat quand le CA  d' EDF veut passer en force lors de la préparation de la PPE (Programmation Pluriannuelle de l'Energie). Mais les petits barrages, comme VEZINS ? C'est justement là le réel probléme, car EDF fait "barrage" à toute solution qui pourrait contrarier sa politique initiée autour de son EPR de Flamanville et justifier (à travers la PPE) une prolongation majeure de leurs exploitations à Flamanville, d'une part et, à PENLY (76). Le vrai sujet c'est celui-ci et rien d'autre. Nous parler de continuité écologique de la Sélune ou de la remontée de quelques ovni saumons ne serait que pure galéjade ou "amuse gueule" pour béotiens perdus.

Et pour que la fête soit complète, Monsieur le Préfet de la Manche, en date du 5 mars 2019, a affiché un arrêté de démolition rédigé dans un brouillard incompréhensible et dont la seule commune impactée serait Saint Laurent de Terregate. Qu'en est-il de Vezins ? Vat-on casser la moitié du barrage? Peut-être que Monsieur GOUPIL a souhaité conserver des vestiges de l'art CAQUOT pour attirer le chaland de touriste plus tard. A moins que l'on nous reparle (cf. il y a un an) de la fameuse brèche dans le barrage de façon à ce qu'il soit devenu inutilisable, tout comme l'effacement de la ligne THT 90 qui a été ordonnée par EDF afin qu'aucun projet ne vienne se greffer sur ce site. Message reçu Monsieur le Préfet..! J'ajoute même que l'entreprise CHARIER TP (Rennes et Montoire de Bretagne) est en cours d'installation sur le site et n'attend plus que la date limite du 5 mai pour lancer ses salves démolisseuses. Pour info, CHARIER est en même temps l'entreprise qui fait partie du consortium OBERON retenu dans l'appel à intérêt pour le Port de Granville, initié par le Département.

Reprenant le début de l'article, et l'adaptant à notre projet des barrages, je tenais à dire, à contrario de ce qui se dit dans les couloirs "autorisés" le projet Hydrogène que nous portons n'est pas IDIOT et en tout cas nettement moins que les courriers adressés aux propriétaires de l'Abbaye de MONTMOREL, classé MH en 1980 et 2007, qui va crouler sous les inondations à la mode XYNTHIA comme d'autres maisons ou industries des bas de Ducey. Pour cela, nous avons imaginé, non pas acheter les barrages puisqu' EDF ne le veut pas, mais dans l'intérêt du sud Manche, passer une accord d'exploitation via une concession à définir dans laquelle pourrait être concernée la Région Normandie et l'agglo Mont St Michel Normandie. Notre sud Manche en aura bien besoin et beaucoup plus rapidement que prévu, sans pour autant polluer tout ce qui se situe à proximité du Beuvron.

Nous ne demandons plus aucune indulgence de la part de nos dirigeants car l'autisme a atteint un degré irréconciliable entre eux-mêmes et les citoyens normaux. Désormais il s'agit strictement de la patte donnée au futur abandonné de notre sud Manche.

 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE

 

 >> Le capital EDF au 31/12/2019

EDF, capital au 31 déc 18