amaz 03

ou la DESTRUCTION PROGRAMMEE de l'HUMANITE

Ce matin, une fois de plus, le chef brésilien BOLSONAROF, a fait monter d'un ou deux crans la température au sein de l'Amazonie, déjà en état de décomposition avancée. Il a fait savoir, via son chef de cabinet, que le G7 n'avait qu'à se faire voir avec ses aides financières ou techniques pour lutter contre les quelques 8000 foyers que le "bringue" n'arrivera jamais à venir à bout avec ses seaux de plage et ses petites pelles de balcons. S'adressant au Président MACRON qui, face à toutes ces invectives déplacées en termes de "colonialiste", il nous semble qu'il n'a pas la hauteur de vue pour proférer de tels propos. Nous savons néanmoins, dès à présent, que ce chef carioca a des visées territoriales sur la Guyane, limitrophe au Brésil. Why not ? Soyons-en convaincus !

La belle affaire ! Mais que fait-il ce type avec ces feux ? Il cherche et nous le savons, à coloniser des espaces nouveaux ayant un désintérêt vital pour la planète en entier afin d'y installer une agriculture productiviste autour des grandes centrales chimiques mondiales que l'on connait bien. Le cadre "lobbyiste" au Brésil est largement dépassé car il s'agit d'une entreprise vouée à l'anéantissement humain, dont les indiens d'Amazonie sont les premliers visés. Le chef RAONI, bien connu de tous, est là pour attester de ce qui est désormais en place, une nouvelle guillotine humanitaire

Chef BOLSONAROF, oublie totalement ce que représentent les arbres dans notre biologie mais peut-être ne l'a t-il jamais apprise, tout comme l'économie mondiale, qui pour lui, pourrait se travestir. C'est faire peu de cas des réalités et, le Président MACRON a eu raison de mettre en avant le refus de signer le projet de MERCOSUR. Si la France ne signe pas celui-ci, c'est l'Union Européenne toute entière qui ne pourra s'y plier, la règle de l'unanimité s'impose. Et chef BOLSONAROF l'a bien compris; c'est pourquoi il vocifère sans réfléchir des verbiages que les brésiliens, un jour, risquent de regretter. Il faut savoir qu'outre le fameux traité en projet, il existe déjà des malversations immondes à propos des bois exotiques (d'Amazonie) qui arrivent sur le territoire européen de façon frauduleuse. En effet, ces bois, pour la plupart, proviennent de trafics locaux en tous genres et ont participé à la déforestation locale depuis 30 ans et plus encore. (l'importation des bois exotiques est assujettie à la délivrance de certificats d'origine).

Ce monsieur n'a pas de leçon à donner à des européens qui ont bien compris la manoeuvre de ce faux chef, sauf quelques portions hybrides ici ou là. Une chose est sûre, nous sommes à présent devant une montée volumineuse de l'expression clanique anti humains et au service des constats que nous portons tous majoritairement, le réchauffement climatique. Nous n'essaierons pas de convaincre ce type car c'est peine perdue. Il y a tout lieu de penser qu'avec lui, l'Amazonie va devenir un souvenir lointain, avec une destruction programmée des peuplades, comme ce fût hélas le cas dans le passé sur d'autres continents, s'accompagnant, de ce fait, d'un environnement totalement irrespirable. Heureusement, en Europe notamment, depuis la seconde guerre mondiale, nous avons majoritairement appris ce que pouvaient devenir les agissements et les exterminations. Il ne saurait être question de laisser le champ libre à ces aventuriers d'un temps nouveau. Une de nos priorités doit ouvertement se concentrer vers Chef RAONI et son peuple indigène en voie de disparition.

L'on peut dire que nous sommes aux côtés du peuple brésilien, certes, mais alors comment agir rapidement face à des responsables politiques, élus avec des programmes mensongers et trompeurs de cet accabi? La marge est d'autant mince que la tâche semble impossible. Les vrais problèmes du Brésil ne se situent pas dans la déforestation mais dans le partage des richesses, totalement inégales, qu'une frange infime s'approprie. La réforme agraire, que l'ex Président LULA avait initiée, a été un échec retentissant. Les "possédants" terriens ont verrouillé ce système et plus rien n'y fait. Il faut savoir qu'au Brésil, les superficies des fermes sont 10 à 50 fois celles de nos régions en Europe. Ce sont des trusts considérables et le Président élu est le prisonnier de ces trusts. Le Président LULA en a payé le prix fort, après avoir été manipulé. 

Sur le plan environnemental, nous pensons que LA punition économique doit jouer pleinement. "Adeus MERCOSUR" et "adeus as trocas" (adieu Mercosur et adieu aux échanges). Il ne nous appartient pas, à nous les écologistes, de nous interposer dans des discussions qui dépassent nos compétences, lesquelles se limitent à l'environnement de  notre planète. Ce que nous constatons, c'est la disparition programmée de cette forêt appartenant à l'humanité toute entière. La brûler revient à la qualification du président MACRON d' écocide amazonien

 

Chef RAONI

Chef amazonien RAONI

 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE

France 22