Europacity-Non

Et les ELUS LOCAUX...?

Nous devrions tous nous réjouir de ces avancées sociétales. Cela est vrai à l'endroit de l'immensité des citoyens qui ont compris les changements qui s'opérent dans notre société moderne. Mais qu'en est-il de nos chers et "tendres" élus locaux qui semblent ne pas avoir encore franchi la barrière de ce siècle nouveau où vont se croiser l'ensemble de tous les défis écologiques et économiques

Je propose de renvoyer nos chers lecteurs vers un article qui est paru dans le quotidien LE MONDE ce 20 novembre 2019, intitulé (en page 34) "Les élus nationaux et locaux sont confrontés à un changement profond de vision de l'urbanisme" et dont l'auteur est François de Mazières, actuel Maire de Versailles et Président de l'agglo Versailles Grand-Parc. 

Dans cet article très opportun et d'actualité, sont repris de manière utile et chronologique les schémas urbains anciens qui nous ont amené dans cette situation. Je veux dire notamment le captage systématique du chaland à sa sortie d'avion ou du train pour lui imposer des consommations qu'il n'aurait probablement jamais faites. Cette politique maléfique sur le fond nous a amené à monter en puissance la surconsommation et souvent, en utilisant des alibis culturels et même écologiques falacieux. Le tout pour se donner bonne conscience et in fine, faire croire à la population que ces dispositions sont à l'avantage de la société dans son ensemble. Rien que çà..! Mais c'est de toute façon ces dispositions de concurrence effrénée et déséquilibrée entre les différents groupes qui ont provoqué l'étalement urbain consommateur de terres agricoles. Voyons ce qu'il en est des inondations un peu partout, à commencer par le littoral méditerranéen où des citoyens "normaux" deviennent des "zombies" à cause des catastrophes répétitives. Tout çà pour çà..! 

Cette note du journal "LE MONDE" fait état, et c'est nouveau, des changements de comportements et notamment sur le développement urbain. Le besoin assoiffé des consommateurs au sein des politiques de lotissements à outrance ou des centre commerciaux dans les faubourgs a fait apparaître le gigantisme abrutissant et dépensier qui devait, un jour ou l'autre, nous amener à un retour drastique et coûteux pour nos sociétés. C'est en cours désormais; la génération actuelle découvre, et c'est tant mieux, les bienfaits du verdissement en ville, du refus de dépenser plus de ce que nous pouvons, du pouvoir de réutiliser ou de consommer mieux, de l'artisanat et du commerce de proximité. En effet, nos commerces de centre ville sont en difficulté partout et par ce seul fait, les dynamismes locaux n'existent plus, les pas de portes sont abandonnés.

Comment alors redonner vie à nos villes et à nos villages qui ont tous été auto sacrifiés par des régimes luxuriants dans ses seules apparences ? Je pense ne pas être le seul à considérer l'étalement urbain comme une bêtise humaine. L'antidote à celle-ci est la reprise en mains par les jeunes générations qui, bien heureusement, pensent différemment. Eux, ils ont compris qu'ils ne pourraient jamais payer les quelques 2 000 Mds € de dettes que nous leur laissons et que la politique de la "fuite en avant" doit cesser. Ils ont aussi compris que la grande majorité des zones commerciales, sorties de terre depuis les années 60, deviendront des friches à l'abandon, comme nous le voyons déjà dans des grandes métropoles mondiales comme à DETROIT (USA). Le film "DEMAIN" de Cyril Dion est là pour nous le démontrer; ce film nous a permis d'entrevoir les évolutions sociétales du futur de demain matin..."habitudes alimentaires nouvelles, le bio, les circuits courts, le jardinage, la petite entreprise artisanale, le commerce de proximité, les services à la personne...". 

Nous devons en finir avec ces politiques tantôt nationales ou même locales, insufflées par des élus qui nous tentent avec des carottes à l'emploi et qui, pour arriver à leurs fins, utilisent souvent des sommes fabuleuses d'aides publiques injustifiables. Pour en terminer, je reprendrai le final de ce magnifique article du Monde :

> Un grand espoir est né. On peut parler d'une nouvelle page de l'urbanisme, celui de la ville verte, de l'articulation raisonnée entre ville et campagne, du paysage urbain. C'est ce pour quoi nous devons aujourd'hui nous battre tous ensemble. 

Faisons en sorte de nous l'appliquer. La planète toute entière le vaut bien...notre vie aussi..! 

 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE