2104Où L'INCONSCIENCE des HOMMES rejoint leurs FAIBLESSES

Chaque jour, la planète se meurt un peu plus et les hommes qui nous dirigent, par faiblesse, par inconscience ou par égos personnels, ne font absolument rien qui vaille et qui pourrait nous guider vers une route nouvelle de notre future vie sur terre. Il y a 38 ans que nous avons aboli la peine de mort mais ce que nous faisons en 2019 est aux antipodes du nombre de têtes coupées que nous contestions alors. Depuis le Sommet de la Terre à RIO en 1992, qu'avons-nous fait ? Pourtant, ce n'est pas faute d'être informés. Dix ans plus tard (en 2002) au Sommet de Johannesburg, Jacques CHIRAC s'exclamait devant l'Assemblée de ce Sommet "Notre maison brûle, mais nous regardons ailleurs". Je me souviens personnellement des quolibets qui furent adressés sur l'instant au Président français, à commencer par la classe politique française qui voyait en lui un opportuniste et un horrible récupérateur. Depuis cette date, mis à part l'espoir émis par les conclusions finales de la COP 21 à Paris en 2015, les émissions de CO2 se sont multipliées et chaque "petit élu" dans son "grand coin" poursuit sa "fanfaronnette musicale" en "sol majeur" afin de se justifier auprès de sa clientèle électorale. 

Il est URGENT de nien faire...c'est le jeu quotidien de ces "sans culottes"..!

A Madrid, vient de s'achever la COP 25, et là, nous atteignons le "pompon" de la bêtise. Accord à minima, ce qui veut dire aucun accord. Pourtant, la séance de clôture avait signifié "besoin urgent" à agir contre le réchauffement; après deux semaines de négociations compliquées, tout a échoué sur les règles des marchés carbone internationaux. L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) estime, quant à elle, que les subventions à la consommation de combustibles fossiles ont . dépassé les 400 milliards de dollars en 2018, soit un tiers de plus qu'en 2017. Le monde post-pétrole n'est pas encore pour bientôt...Tout ceci conjugué aura une incidence majeure sur le réchauffement climatique qui frisera en 2100, plus de 4°C alors que l'accord de Paris en 2015 prévoyait + 1,5°C.

Déjà, cet été dernier, les canicules ont fait des dégats mortifères. Outre le manque d'eau, partout dans les zones tempérées comme les nôtres, nous avons enregistré près de 1500 décés "caniculaires". Comment voulez-vous avec des températures de pointe à 42,6°C (à Paris en juillet) que les personnes déficiantes résistent? Comment pouvons-nous canaliser les cataclysmes pluvieux répétitifs si nous ne prenons pas conscience et, in fine, si nous n'agissons pas. Du coup, le GIEC, révisant en temps présent ses données, nous annonce (le 25 septembre 2019) que plus d'un milliard de terriens, vivant dans les zones côtières du globe, seront en très grand vulnérabilité. Le terme est choisi, car en fait, il définit la situation par un autre terme plus délicat à entendre, "disparition". Que l'on ne nous rétorque jamais que cette situation n'est pas envisageable pour nous les terriens de l'occident, car on fait partie intégrante de ces catégories. En effet, faute de limiter la température en dessous de 1,5°C, nous voguons allègrement vers 4°C à la fin de ce siècle, soit au minimum + 1m au dessus de l'étiage moyen d'aujourd'hui. 

Alors, que font nos "gentils sans-culottes" ? RIEN ou presque. Au prétexte que l'Etat (encore lui...) ne veut plus donner les subsides d'antan, au prétexte d'une GEMAPI luxuriante (mais utile), ils se cachent, tel Lucky Luke, derrière leurs ombres, tout en ne pouvant ignorer le danger qui guette leurs concitoyens. Par contre, rien ne les empêche de promouvoir, comme aux temps anciens, des projets de PLU et d'urbanisme totalement décalés, un agrandissement portuaire, non seulement lui aussi décalé mais surtout dangereux pour l'ensemble des populations ôtages et sans protection. 

Je propose donc à ces très chers "sans-culottes" qu'ils transforment tout simplement la "Monaco du nord" en "Venise du Nord"...Là, ils seront très proches des réalités du terrain (maritime). Nous avons désormais dépassé l'interrogation pour atteindre la colère et l'accusation. Il ne suffit pas d'écrire dans un programme que l'on s'intéresse à la transition écologique, il faut le prouver et surtout AGIR en conséquence en AMONT...largement en AMONT.   

Je ne cacherai à quiconque que la plupart de ces "négligences mortifères" doivent faire l'objet de significations au plus haut sommet de l'Etat. 

Pierre JUHEL

ECOLOGIE NORMANDE 

 

submersion-BAIE-MSM