Eco-FR-22-log

Notre STOP and GO DURABLE pour la FRANCE

La France déconfine, certes à petits pas, mais comment pouvions-nous faire autrement? Nous avons, nous aussi, eu "nos 55 jours", parfois compliqués et parfois un peu plus heureux. Même s'il était temps de stopper cette "machine infernale" qui nous pousse plus vers la sortie que vers le meilleur, place désormais à cet après COVID, que nous avions déjà évoqué sur ce blog. 

Outre les idées que nous avions lancées au cours de ces 55 jours (à lire ou à relire) de ce long confinement, nous sommes passés aux actes et proposons à l'ensemble de la classe politique des idées nouvelles de gouvernance, dont les régions seront les acteurs majeurs de notre développement utile pour chacun de nos concitoyens. Le titre de ce document, très long (27 pages) s'intitule : "Le STOP and GO DURABLE pour la France".  Ce document est le fruit conjugué d'Ecologie Normande et de notre Think Tank, FRANCE 22. Nous sommes partis sur une réflexion simple que chacun comprendra. En effet, depuis quelques années et la montée des GES, du réchauffement climatique et des conséquences désastreuses annoncées de la montée probable des eaux dans les décennies à venir, nous sommes à présent très avertis et notre conscience collective nous oblige à envisager des solutions. Celles-ci devront être en lien direct avec les dispositions internationales (ONU & GIEC) mais aussi, il faut insister vigoureusement, avec les lois votées par notre Parlement ces dernières année sur la transition écologique et énergétique. En aucune façon, il ne saurait être toléré qu'au prétexte économique, nous retardions à nouveau toute action préventive en lien avec le réchauffement climatique. Par contre, dans nos réflexions, nous y avons inclus les aspects sanitaires et santé, dont le COVID-19 a été le révélateur.

Le moment est venu pour que nous abordions collectivement cette reconstruction, car il s'agit bien de cela, en posant les jalons de cette société nouvelle du futur où, nous en sommes convaincus, l'environnement prendra (enfin) toute la place qui lui revient. En 55 jours de confinement imposé, notre pays a vu partir plus de 27 000 de ses frères et soeurs, qui vient s'ajouter aux 40 000 décés annuels pour les pathologies consécutives à la pollution atmosphérique (insuffisances respiratoires). Nous pensons que ce constat se suffit à lui-même et nous impose à revoir nos idées dépassées d'antan. Outre les 13 régions métropolitaines, il faut y ajouter les 5 territoires outre-mer : Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, au sein desquels ce principe de réforme devra s'y voir appliqué, en tenant compte des spécificités locales. 

Pourquoi la Région en tant que pilote ? Que les décisions importantes soient décidées par notre Parlement (Assemblée Nationale et Sénat), nous l'entendons bien. Que les ministères jouent le rôle qui leur est dévolu, nous sommes d'accord. Mais que l'ensemble des décisions à l'échelle locale soit appliqué, sans moindre discussion, à des élus régionaux ou locaux, nous ne pouvons plus l'accepter. D'autant que depuis les réformes de décentralisation, nos régions ont acquit les compétences leur permettant largement d'opérer dans les cadres aménagement du territoire et environnement. La gestion de cela doit impérativement se faire au plus près ou elle se fera, comme par le passé récent, sans tenir compte des avis des citoyens. Pour palier à cela, la proposition que nous faisons inclut la relecture de la Loi SRU 2000 et la remise à plat de la consultation du public, ainsi que le contrôle renforcé des protections de sites ou de l'élaborations de tous les documents administratifs (SCOT, PLU, PLUI). Il s'agit en fait d'une nouvelle politique de cohésion de territoires en priorisant "Penser GLOBAL, Agir LOCAL", ouvrant la voie à une croissance soutenable et qui s'appuie sur les principes de la future Loi 3D de Madame GOURAULT : "décentralisation, différenciation, déconcentration". 

L'application de ce programme "DURABLE" pour tous, devra en passer par la création d'une structure intégrée à la région, le CER (Conseil Environnemental Régional), lequel regroupera l'ensemble des rôles dévolus pour une meilleure efficacité :

> énergies, ressources, innovations, territoires, urbanisme, observatoire régional de la biodiversité, littoral maritime, fleuves et rivières, qualité des eaux et de l'air, plan santé...

A cela, nous y avons introduit une nouveauté. La création de M2E (Maisons Educatives Ecologiques) qui seront chargées de diffuser les principes écologiques du futur aux jeunes enfants, tout en s'occupant des Parcs régionaux et du Tourisme Vert Sociétal. 

Voici les grands chapitres développés dans notre document:

> la politique énergétique au temps long

> le soutien à la biodiversité

> le plan climat-air-énergie

> une gestion accrue des risques

> une agriculture nouvelle "responsable"

> des mobilités moins polluantes

> l'eau, capital universel

> les incidences urbanistiques

> les Maisons M2E (gouvernance écologique)

L'ensemble de ce plan interdit toute inertie et implique des nouvelles méthodes de travail dont il nous sera désormais impossible de faire l'économie. En cela, nous faisons appel à cette conscience collective transversale qui nous échappe parfois. Nous croyons à la réussite, nous croyons à l'avenir, nous faisons notre possible pour que se mette en phase au plus vite le changement qui nous est imposé de facto par cette crise du COVID-19. Le philosophe René DESCARTES, en 1637, a émis son Discours de la méthode. Nous en avons retenu un précepte:

"Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée". 

Nous proposons d'adopter ce précepte. 

Pierre JUHEL